Paroles d’auteurs

affiche-110414

    Vendredi dernier, j’ai assisté à une table ronde autour de la littérature érotique organisée par des étudiants de la Sorbonne Nouvelle. Autour de la table, MissKat, Cassandra Maraval, Louise Castelmio et Daniel Nguyen, se sont prêtés au jeu des questions réponses.
    Les propos échangés furent ludiques, plein d’entrain, provocateurs à l’occasion, toujours intéressants. J’aurais dû prendre des notes, les enregistrer, car il ne me reste que des bribes de souvenirs à partager avec vous, alors je compte sur les organisateurs et les autres participants pour compléter mon retour avec des comptes-rendus un peu plus exhaustifs !

    Quelques questions évoquées :
Avouez-vous que vous écrivez de la littérature ?
    A l’unanimité, les auteurs répondent « non, dans mon milieu professionnel ». Mais auprès des amis, en soirées, pourquoi pas… « écrire de la littérature érotique ça fait chic et je m’amuse des réactions de mon entourage » confie Cassandra. Certains écrivent sous pseudo, pour plus de liberté, pour le plaisir de se construire un personnage (comme je les comprends ;-), d’autres assument, ou n’excluent pas de faire leur coming-out bientôt …
   C’est encore tabou dit Louise, l’érotisme, c’est de l’ordre de l’intime, de ce qui se passe dans la chambre et devrait y rester…
    Misskat a révélé son statut d’écrivaine érotique à l’occasion d’une collision entre ses deux comptes Facebook, le « vrai » et celui de son pseudo. Elle s’en amuse aujourd’hui : « ça me permet de sécher certains repas de famille ! »

Considérez-vous qu’il s’agisse d’une littérature à part entière ?
    C’est comme les polars explique Daniel, il y a littérature écrite et la littérature d’évasion, pour se distraire. On trouve de tout, des romans érotiques très bien écrits et de la littérature de gare. En poésie poursuit Louise, le travail d’écriture est particulièrement important, chaque poème doit être ciselé comme un pièce d’orfèvrerie. En outre, on travaille sous contrainte, pour respecter les règles du jeu de l’écriture de poèmes.
    Et ne pas oublier l’objectif de la littérature érotique complète Daniel: provoquer l’excitation, le désir, la masturbation, le plaisir…. On signe une sorte de pacte de vraisemblance avec le lecteur, mais Daniel s’amuse aussi à écrire des nouvelles avec des fantasmes extrêmes, pour provoquer une excitation teintée de dégout, ou sans la scène torride à laquelle tout le monde s’attend.
   Misskat dit qu’elle essaie d’écrire ce qu’elle aimerait lire car elle est souvent déçue par la littérature érotique actuelle.  

Que pensez-vous de « 50 nuances de Grey » ?
   Beaucoup d’auteurs grimacent mais Cassandra est la première à se lancer « l’auteur a eu le mérite d’en vendre énormément et de démocratiser la littérature érotique ». Ce livre a également fonctionné car il utilise les ressorts des contes de fées précise Louise. (attention spoiler, sauter une ligne si vous voulez le lire 😉 Un voyou se transforme en prince charmant et tout se termine par un mariage…
   En fait, tout le monde en parle abondamment, mais personne ne l’a vraiment lu, au mieux feuilleté, et on est tous d’accord pour dire que c’est plutôt mal écrit. Une étudiante reconnait que le livre lui ait tombé des mains. Moi-même je n’ai lu que des « perles » qui m’ont bien fait rire. N’empêche. Comme le dit Cassandra, c’est un tsunami, il y a eu « avant » et « depuis ». La littérature érotique est sortie des coins sombres de la librairie.

    Des lectures terminent la table ronde. La température monte d’un coup à l’écoute des poèmes plein de sensualité de Louise et Daniel, et des extraits des nouvelles de Misskat et Cassandra.
     J’aurais aimé qu’il y ait un tour de table des étudiants présents pour savoir ce que l’on lit aujourd’hui quand on a 20 ans. Moi je lisais Régine Deforges, Pauline Réage… que lisent-ils eux ? En tout cas, pas « 50 nuances de Grey » 😉

    Quelques idées de lectures glanées au passage :
– Françoise Rey : la femme de papier
– Bernard Noël : le château de Cênes
– Les poèmes de Louise Castelmio

   Et des idées de sorties :
Les apéros littéraires érotiques

    L’après-midi se termine autour de délicieux cookies maison, et d’une séance photo avec les accessoires mis à notre disposition pour nous déguiser.

906142_609996745748302_7508537690230140129_o
IMG_9681
    Les auteurs présents :
Daniel Nguyen, auteur de nouvelles publiées à La Musardine et sur Amazon
Misskat, auteur de nouvelles publiées à La Musardine, aux éditions Dominique Leroy, aux éditions L’ivre-Book
Louise Castelmio, auteur de poèmes érotiques
Cassandra Maraval, auteur de nouvelles publiées à La Musardine

   Au plaisir de nous revoir et d’échanger à nouveau lors d’apéros littéraires érotiques pourquoi pas !
   Sur le blog de MissKat, le récit de l’après-midi ici

Photo de groupe : Daniel Nguyen
Photo Daniel Nguyen : Clarissa Rivière

2 commentaires

  1. Clarissa a écrit :

    Ce serait un plaisir de nous offrir à votre regard de photographe… connaissant votre talent, votre sensibilité, nous serions nimbées de mystère, de romantisme et mise en scène avec les jeux de lumière dont vous avez le secret….

  2. LeDormeurDuVol a écrit :

    J’aime beaucoup la photo de ces quatre naïades masquées, faisant les folles comme des gamines ayant trouvé une malle au grenier…
    Ca donne envie de prendre l’appareil photo et de les laisser jouer dans la pénombre, peut être à des jeux interdits que la camera obscura pourrait capturer.
    Bien à vous Clarissa, votre serviteur, et admirateur dans l’ombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse