Mon inconnu

VH
    La Musardine vient de publier « Osez 20 histoires de sexe avec un inconnu« , et je retrouve ce brouillon en mettant un peu d’ordre dans mes fichiers…
    « L’inconnu » : j’adore ce thème ! Mes histoires érotiques sont truffées d’inconnus, de coups de foudre, de « petits coups vite fait » sur un coup de tête, sans même échanger les prénoms…
   Je poste ici ce début d’histoire, inachevée, laissée en suspens, en attendant de découvrir les nouvelles de ce recueil !

***
    Elle se réveille en sursaut et se retient de crier. Un homme dort à ses côtés, un inconnu… Qui est-il, que fait-il chez elle ? Il ouvre les yeux, et elle ne peut s’empêcher de fondre, il la regarde avec tant de tendresse ! Il tend la main vers elle, caresse son bras. Elle ne se débat pas, elle se laisse faire, pétrifiée. Elle tente de rassembler ses souvenirs, elle est sûrement sortie boire un verre hier soir, elle a dû ramener cet homme dans son lit alors qu’elle était ivre morte, comme dans les films… Elle ne se souvient de rien, elle a vraiment dû abuser du champagne ! Un champagne de qualité, car heureusement elle n’a pas mal à la tête. Elle considère l’inconnu, et une douce chaleur se répand dans son corps, dans son cœur aussi ; ils se regardent comme s’ils se connaissaient depuis toujours ! Ça doit être ça un coup de foudre ! Elle se penche vers lui, irrésistiblement attirée. Il rompt la magie en se levant.
    — Je dois partir travailler, je te retrouve ce soir, ça va aller ?
    Elle s’étonne, déçue, il la quitte déjà ! Elle avait envie de lui… Il prend ses aises en plus, on dirait qu’il s’installe !
    Il s’en va, disparaît de sa vie ; elle n’y pense plus. Elle se sent si fatiguée, elle a dû rentrer tard, faire des folies peut-être, avec cet homme, d’autres… Elle va s’offrir une journée de repos, coocooning au programme ! Elle a besoin de se détendre, ses pensées restent confuses. Une petite sieste lui remettra les idées en place !
    La journée s’écoule, douce, légère. Elle somnole, regarde des séries qu’elle oublie aussitôt, grignote sur le pouce ce qu’elle trouve dans le frigo.
    Elle bondit sur ses pieds en entendant la sonnette de la porte d’entrée. Elle n’attend personne, elle en est certaine, qui ça peut bien être ? Elle reste figée, clouée sur le canapé. Son sang se glace dans ses veines, tandis qu’une clef tourne dans la serrure, comme dans les films d’épouvante.
    La porte s’ouvre, des pas se rapprochent du salon, elle ne respire plus. Un bel inconnu entre, il la couve de son regard de braise. Elle rit de soulagement, il est si beau ! Elle se sent immédiatement sous l’emprise de son regard clair, le coeur chaviré et le ventre en feu.
    L’homme s’approche, plante un baiser sur ses joues, avant de retirer son manteau. Elle est sidérée par son sans-gêne, son naturel, mais ne proteste pas. Il lui plaît trop, elle craque littéralement, submergée de désir pour cet Apollon tombé du ciel. Il peut tout lui faire ! Elle s’approche de lui, s’appuie contre son torse, tremblante d’excitation.
    Il serre son épouse dans ses bras avec indulgence et amusement. Il ne peut pas lui résister quand elle le regarde comme ça ! Il referme ses bras autour de sa taille et sourit. Sa chérie volage a toujours aimé les inconnus, cela leur a valu bien des disputes et des nuits blanches dans le passé ! Mais avec ses pertes de mémoire, voilà qu’il est devenu un inconnu pour elle. Tous les matins, tous les soirs, elle sursaute quand elle le voit, s’étonne, crie parfois, avant de se donner à lui avec passion. Elle l’aime avec l’énergie et l’excitation des premières fois ! Avant de l’oublier à nouveau… Heureusement, ses goûts ne changent pas, il lui plaît d’emblée, toujours. Il l’accueille toute frémissante dans ses bras, jour après jour, en un éternel recommencement dont il ne se lasse pas.

    Photo : citation de Victor Hugo

2 commentaires

  1. Didier Kalionian a écrit :

    Original. sympa !

  2. Clarissa a écrit :

    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *