Le gri-gri de l’été

   
IMG_2677

    Les vacances s’éternisent, le stylo me démange, je vais raconter quelques anecdotes de rien du tout, pour m’échauffer, et patienter jusqu’à la rentrée. Des espèces d’extraits, des mini nouvelles, prélude peut-être à des developpements plus tard – je dis toujours ça, et puis je passe toujours à autre chose ^^ – , autour des amours de vacances, des rencontres estivales de tout poils, des fantasmes, du sable chaud, des coquillages et crustacés, et tout le toutim 😉

 ***
    Tout le long du chemin qui descend vers sa plage préférée, le Port Vieux la seule où l’on peut nager sereinement, s’installer à l’ombre si on a fait attention aux horaires des marées, et qui possède en plus un petit air belle époque irrésistible – , les boutiques de souvenirs se succèdent et lui font de l’œil : sacs de plage, portes-clefs, boules à neige, pendentifs – cœurs nacrés pour les filles, dents de requin ou planches de surf pour les garçons -, bracelets fantaisie à l’infini…
   
Elle finit par se laisser tenter à force de les voir, elle se trouve même une bonne raison. Elle a laissé son bracelet orné d’une croix basque à son amour de vacances qui vient de partir. Une sorte de gage, pour être certaine de le revoir, car il devra le lui rendre quand elle rentrera à son tour à Paris. Elle a envie de porter le même que lui, comme un lien secret, mais avec un élastique noir cette fois, il lui ira mieux que le vert fluo du précédant.
   IMG_3448 Pourquoi choisir cette boutique plutôt qu’une autre ? Peut-être parce que c’est la dernière de la rue, ou parce qu’elle propose exactement le même modèle que celui qu’elle a confié, elle a bien regardé, la croix basque est identique.
   
Un jeune homme brun, l’air timide, aux gestes lents, fluides, minutieux, décroche du support le bracelet de son choix, et l’invite à le suivre.
   
— C’est pour vous ? Vous voulez une pochette ou vous le portez tout de suite ? Si vous voulez, je vais vous aider à le nouer, car seule, ce n’est pas évident, à moins d’avoir trois mains !
   
— C’est pour le mettre maintenant ! Oui, merci, je veux bien…
   
Il fait coulisser les nœuds du bracelet pour l’agrandir, tout en lui expliquant comment faire. Elle connait bien ce système, mais l’écoute attentivement, elle a envie de prolonger ce moment, dans cette boutique cosy, à l’écart du tumulte de la ville. Discrètement, elle se débarrasse du bracelet en or qu’elle porte et lui tend son poignet nu. Il s’en empare délicatement, le manipule le temps de faire glisser le nouveau bracelet. Il ajuste les liens lentement, pour les serrer juste ce qu’il faut, l’effleurant au passage, et positionne la croix basque bien au milieu. Elle regarde ses doigts voleter sur sa peau, et ressent des frisssons des pieds à la tête. Elle se fait des idées ou il veut seulement se montrer aimable ?  Est-il comme ça avec toutes ses clientes, aussi attentionné, aussi caressant ?
   
Elle lève les yeux, et croise un regard doux, tendre, elle s’empresse de battre en retraite, maudissant sa timidité. Son bracelet est un peu trop serré finalement, elle a déjà des marques sur sa peau, comme celles laissées par les cordes. Elle sourit devant ce clin d’œil du hasard, et choisit de le laisser comme ça.
IMG_3525
    Elle reviendra dans cette boutique ! Elle aime bien son nouveau bracelet noir, mais elle voudrait le rouge aussi, et remettre à nouveau sa main entre celles du vendeur, pour qu’il noue amoureusement l’élastique autour de son poignet, comme une mini séance de shibari avant la rentrée flamboyante qui l’attend.

    Photos : la plage du Port vieux (Biarritz)

2 commentaires

  1. Kylix78 a écrit :

    Heureux de pouvoir enfin avoir de tes nouvelles…

  2. Clarissa a écrit :

    Merci ! ça me fait plaisir… Je n’imaginais pas une seconde que des lecteurs puissent guetter mon retour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *