La loi du talon, d’Alda Mantisse

La loi du talon

   Je viens de lire La loi du Talon, d’Alda Mantisse, qui vient de paraître à La Musardine :
   La loi du talon est une autobiographie romancée : l’autrice nous raconte ses débuts de dominatrice professionnelle, à travers son héroïne, Saskia.
  Elle commence par évoquer ses souvenirs, des souvenirs d’enfance marquants, où pointe déjà son goût pour le fétichisme et le sado masochisme. Je me suis aussitôt attachée à Saskia, si libre, tempétueuse, pleine d’énergie… J’ai beaucoup aimé ces flash-backs qui expliquent son désir de domination, et son masochisme aussi. La petite fille bagarreuse qui ne supporte pas l’injustice est craquante !
   Elle nous raconte aussi des souvenirs liés à ses premières amours ; autant d’anecdotes qui éclairent sa vocation de dominatrice, car Saskia montre très tôt des dispositions et une certaine tournure d’esprit.

  Nous nous ancrons ensuite dans le présent. Saskia est une voyageuse, éprise d’Asie. Elle habite les Philippines, et revient pour quelques temps à Paris avec un projet : devenir dominatrice professionnelle ! Elle a toujours aimé les jeux et pratiques BDSM, mais se pose la question en passant pro : pourra telle dominer des soumis qui ne l’attirent pas ? Elle nous confie ses doutes, ses découragements, les obstacles à surmonter…,
  Saskia n’est pas seule heureusement, de solides amis l’entourent : Simon (j’en veux un comme ça !), et des copines avec chacune sa personnalité. Vive les amies de cœur pour toujours ! Des amis qui la soutiennent inconditionnellement, chacun et chacune à sa manière. Saskia leur raconte ses difficultés, ses succès, des anecdotes…

  À travers ces échanges avec ses amis, ses entretiens avec sa psy, l’autrice nous livre ses réflexions sur toutes les facettes de son métier. Un métier exigeant, très prenant, engageant, et nous en prenons pleinement conscience quand elle dépeint avec humour les séances qu’elle organise, des séances légères, souriantes, variées, tendrement moqueuses. Elle raconte la difficulté de garder la bonne distance, les soumis manipulateurs, voleurs, poseurs de lapins, les soumis pénibles… et ceux qui sont parfois un peu trop charmants.

  L’autrice parsème son roman de messages de soumis, de vrais messages, désopilants, drôles, agaçants ou touchants…. J’ai bien ri et j’ai ouvert de grands yeux devant les demandes de certains, au point d’avoir du mal à y croire ! Trouver un soumis se révèle aussi difficile que trouver une aiguille dans une botte de foin, malgré l’abondance apparente.

  J’ai refermé le livre à regret, j’aurais aimé continuer à suivre l’intrépide Saskia dans ses aventures !
  J’ai particulièrement aimé la plume d’Alda Mantisse, à la fois soignée, alerte, primesautière, foisonnante, fluide, espiègle… un style qui n’appartient qu’à elle et compose le portrait d’une dominatrice malicieuse et rieuse, exigeante, élégante, joueuse avant tout — si j’étais soumis, je serais déjà en train de fignoler mon message de présentation !

20230504_125326
   La présentation de l’éditeur
   Saskia, la trentaine, vit aux Philippines. Elle a depuis toujours un rapport particulier au corps. Le sien d’abord, ses pieds nus qui, gamine, l’éblouissent par leur beauté. Celui des autres surtout, des corps à brutaliser, aimer, conquérir, soumettre, révérer… De retour en France à la suite d’une rupture, Saskia se lance dans l’un de ses grands projets : devenir dominatrice professionnelle. Cette activité la plonge dans le tourbillon des fantasmes masculins aussi inattendus qu’étranges. Au fil de « séances » mémorables ou pitoyables, elle doute, exulte, s’interroge, s’indigne parfois, et se confronte à ses propres limites dans une société dont les lois rendent le travail du sexe si difficile.
   Au-delà du BDSM, ce roman largement autobiographique montre que l’inacceptable, le tordu ou le pervers ne résident pas toujours où on le pense. L’écriture à la fois tendre, drôle et crue dessine les contours d’un travail hors-norme. Notre curiosité se meut peu à peu en un profond attachement envers cette Maîtresse-Femme qui fait le mal, si bien.
  Alda Mantisse a eu plusieurs vies. Universitaire devenue autrice et arpenteuse de planète, exploratrice de la sexualité, elle déroule depuis l’enfance ses deux fils d’Ariane : l’écriture et le goût du jeu. Entre deux projets artistiques, sous le nom de Madame Lule, Alda Mantisse met en scène des fantasmes et crée de petits mondes qui ne peuvent exister que dans le secret de son boudoir.

   Pour vous procurer le livre
  La librairie La Musardine : 122 rue du chemin-vert, Paris 11e
  Sur commande dans toutes les librairies
  En ligne : sur le site de la Musardine, Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *