Histoire de la bergère, de Léo Barthes

Je viens de lire Histoire de la bergère de Léo Barthes – de relire plutôt suite à quelques tentatives infructueuses – le roman érotique le plus excitant qu’il me soit donné de lire depuis un moment ! J’en suis encore toute chose 😉

    Un promeneur surprend une scène troublante dans le parc d’un château, une jeune femme se faisant fouetter. De retour à l’auberge, il tente de se renseigner, et un voyageur l’invite à le suivre pour lui raconter une histoire — j’aime bien ce procédé du récit dans le récit, ça me rappelle la littérature fantastique du 19e, qui y recourait souvent.

    C’est l’histoire d’un homme solitaire, à demi-sauvage, qui vend ses services dans les fermes où il passe. Il répare, bricole, en échange du gite et du couvert. Il plaît aux femmes, les trousse dans les coins, mais il ne s’attarde pas auprès d’elles. Épris de liberté, il préfère se tenir à l’écart de ses semblables, et poursuivre sa marche, ou se construire un abri en forêt.
    Un jour, il surprend une jeune fille en train de se soulager, tout en profitant des orties lui « caressant » les fesses. Très jolie scène bdsm dès le début du livre ! Ému par cette vision, il ne cessera de penser à elle, jusqu’à l’approcher. Elle saura l’apprivoiser, mais pas assez à son goût, elle s’impatientera… il faut dire que l’appétit de la demoiselle est vorace !

    L’auteur n’hésite pas à nous décrire les ébats les plus torrides qui soit, flirtant avec la pornographie la plus sulfureuse, la zoophilie pour ne pas la nommer, mais ces choses-là sont si bien écrites, d’une plume joyeuse, ensoleillée, j’étais sous le charme !
    Si les scènes érotiques sont terriblement excitantes, l’histoire, elle, se révèle poignante. On a le cœur serré pour ce vagabond qui peine à s’exprimer, si réfléchi pourtant ; et pour cette jeune fille insouciante, pleine de désirs, débordante d’appétit sexuel, et empêchée de vivre la vie aventureuse de ses rêves ! Ces deux-là se cherchent, se trouvent souvent, pour leur plus grand plaisir. Leurs corps s’accordent merveilleusement, que ce soit dans les granges ou en pleine nature.

    C’est un livre que j’ai lu deux fois, la première fois en me jetant sur les scènes sexuelles, comme quand j’étais ado — peu importait l’histoire au fond, je ne cherchais que l’excitation. Et une deuxième fois pour connaître l’histoire, dans l’ordre et intégralement, y compris les passages sages, qui m’ont rendu le personnage principal très attachant.

   Un livre qui sent bon les amours dans le foin et dans les creux de verdure !
   J’ai adoré l’ambiance bucolique, les personnages guidés par leur désir… J’ai particulièrement goûté la plume de l’auteur, foisonnante, poétique, crue, et toujours belle.

    Le résumé de l’éditeur

    Des histoires qui se colportent, celle de la bergère est sûrement la plus sensuellement édifiante qui soit. Comment ne pas succomber au charme vénéneux de l’impudente  » fieffée fille « , à la blancheur laiteuse de sa chair qui se pose sur un lit d’orties tout en pissant au vu et au su d’un bouvier vagabond éberlué ? S’ensuivront entre eux des amours sauvages et bestiales, champêtres, au son du  » clapotis salace du sexe affamé « . Mais la vie et les jalousies des  » autres « , fatalement, s’interposeront.
    À la fin, vous vous croirez éreintés par tant de folles cabrioles dans les prés ; ce n’est pourtant qu’une mise en bouche, car vous lirez, fiévreux, la suite, avec l’Histoire de la bonne et l’Histoire de l’affranchie.
    La trilogie De la vie d’une chienne est un chef-d’œuvre absolu de la littérature érotique dans lequel les désirs les plus crus épousent la langue la plus raffinée. Il y a des mariages plus qu’heureux que l’on ne s’explique jamais : c’est tant mieux.



    Pour vous procurer le livre

    La Musardine

    Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse