Au poil ! Avec la Sexo Académie

académie

    Mercredi dernier, j’ai participé à la Sexo académie d’Union. Le thème me faisait sourire : le poil ! Et connaissant l’énergie de Flore Cherry, le peps d’ Emmanuelle Julien, certaines personnes inscrites… j’étais sûre de m’amuser ! Je m’attendais à un débat pour ou contre, avec témoignages intimes et crêpages de toisons, mais en fait j’ai appris plein de trucs 😉

    Finalement, la soirée ne se préoccupera pas uniquement de pilosité. Après un petit jeu où il nous fallait inventer un poème à la gloire d’une partie du corps d’un participant, – l’occasion où jamais de déclarer ma flamme à D’Ange Heureux poète ;-),Flore introduit la soirée en nous montrant l’évolution des critères de la beauté à travers les âges : les seins menus du Moyen-Age, bandés pour être cachés ; les formes retrouvées à la Renaissance ; la taille de guêpe torturée par le corset au début du XXe ; la libération des femmes à l’issue de la première guerre mondiale (quoique : 1918, première culotte !) . Aujourd’hui, on vit plutôt le culte de la minceur, même si les diktats de la mode sont dénoncés régulièrement.

     Emmanuelle, auteure du site Paris Derrière et de la série Poilorama d’Arte nous présente ensuite notre rapport au poil au fil du temps.

   
les-trois-graces

 Dans les tableaux d’autrefois, les sexes sont glabres – alors que les femmes ne se rasaient pas. Le poil symbolisait la sexualité, il devait être absent des tableaux pour ne pas susciter d’émoi. Seule exception : L’origine du monde, qui fut longtemps caché au regard du public, même si son dernier propriétaire, Lacan, aimait bien le montrer à ses invités et s’amuser de leurs réactions.

    L’épilation débute à l’initiative des rasoirs Gilette, l’entreprise souhaitait étendre ses ventes aux femmes. En 1915, elle commence une campagne assez agressive pour convaincre les femmes de se raser les dessous de bras : « ne ressemblez pas à un chien ! ». La presse féminine n’était ni plus ni moins que de la publicité à peine déguisée.

    L’épilation du maillot n’a démarré que dans les années 80’s – auparavant le poil pubien était très à la mode, comme l’attestent les films X des années 70’s. Depuis, l’épilation du maillot n’a cessé de prospérer : on est passé du simple entretien, au fameux ticket de métro, jusqu’à rien du tout…

    Pourquoi cette épilation, alors qu’après tout, la femme en bonne santé, et mûre sexuellement, est naturellement velue ? Plusieurs raisons : en réaction aux excès des années 70’s, il y a eu la mode des ados ( Jodie Foster, Brooke Shields… ) ; s’épiler le sexe est devenu plus «hygiénique», alors que les mst repartent en flèche ; on recherche le lisse : pas de ride, pas de poils ; enfin, dans les films X, les gros plans apparaissent, les cassettes VHS permettent l’arrivée du porno dans les foyers, l’épilation intégrale permet de mieux voir ce qu’il se passe…

   Les codes sont désormais inversés, trop de poils contrarie le désir, peut même rebuter, même s’il reste des adeptes : les poils captent les odeurs, les phéromones, ils protègent . (Lire Défense du poil, de Stéphane Rose).
poils-499150b

   

    A noter que les films X japonais font toujours la part belle aux poils.

   S‘épiler le sexe n’est pas sans conséquence : micro coupures, véritables portes d’entrée aux infections, poils qui repoussent sous la peau et forment des kystes, peau tirée supportant mal les incessantes épilations à la cire, coups de soleil sur les plages naturistes…

   Flore nuance cette « torture » que nous nous imposons, il a existé bien pire au cours de l’histoire : les petits pieds des chinoises, les femmes girafe, plateaux, les polynésiens s’allongaient le pénis avec des poids, les Huns se déformaient le crane…

    Conclusion : freedom ! Que chacun fasse ce qu’il veut, soyons lisses, plus ou moins velu(e)s, sans nous laisser imposer quoi que ce soit par nos partenaires, les media, etc…

    Toutes ces informations historiques, scientifiques, culturelles, alternent avec des quizz, des jeux, il nous a même fallu inventer une nouvelle forme de torture pour nos corps… Notre équipe a gagné – je ne vous dirai pas ce qui a été inventé, j’en frémis encore ! – , nous sommes repartis avec des magazines Union et un DVD best-of de Brigitte Lahaie, youhou !

Fichier 11-11-2016 18 06 07

   Prochains rendez-vous : 

 – 23 novembre : l’apéro des Écrits polissons

 – 26 novembre : le salon de la littérature érotique

 – 4 décembre sur France 5 : émission sur la « slow life »

    Pour se tenir au courant :

    La page Facebook de la Sexo Académie 

    Paris Derrière

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *