Vacances en soumission, de C. Sorel

Vacances en soumission
  
   Une petite chronique de lecture, ça fait longtemps !

   J’ai été ravie de recevoir Vacances en soumission au milieu de mes congés, ça tombait bien ;-), je remercie l’auteure et les Éditions La Musardine !
   J’avais envie de lectures bien « hot », un peu lassée de survoler le sujet 😉 et j’ai été comblée au-delà de mes attentes ^^
   Je pensais que ce livre allait m’accompagner un bon moment pendant mes vacances, je me voyais picorer quelques pages par ci par là, paresseusement allongée sur le sable, rêvassant…
   La réalité fut toute autre, je l’ai ouvert et je ne l’ai plus lâché, je l’ai lu d’une traite, absorbée par l’histoire torride. Il faut dire que j’adore le thème : une initiation ! Ou comment une jeune femme indépendante, libre, se laisse tenter par la soumission.

   Résumé de l’histoire
   Hélène et Mel se sont aimées ados, dans ce village au bord de la mer où Hélène venait passer ses vacances. Les projets professionnels d’Hélène ont pris le dessus, Mel s’est mariée, elles se sont éloignées. Cette fois, Hélène décide de faire une longue pause et prend un mois de vacances. Elle se retrouvent toutes les deux, et Mel lui confie la véritable nature de son mariage : son mari, Bruno, est en fait son Maître, il la domine, elle adore ça. Passé le moment de surprise, Hélène se sent curieuse, excitée… et ses vacances vont prendre une autre tournure ! Il faut dire qu’Hélène est chaude comme la braise et montre quelques dispositions ! Et Mel sait trouver les mots pour la convaincre, des mots qui me parlent à moi aussi :
   « (…) ne réfléchis pas. Ce qui est arrivé hier appartient au passé, peu importe. Quant à demain, on en ignore encore tout. Seul compte aujourd’hui. Et pour être plus précise, seul compte maintenant. Tu es en vacances, Hélène, ne réfléchis pas. « 
   C’est Hélène qui raconte l’histoire de son point de vue, nous partageons ses tiraillements, ses ressentis. Elle hésite d’abord, mais la curiosité, le désir, sont plus fortes que son appréhension :
   « Montée d’envie plus que de crainte. D’abord la curiosité aussi immense qu’inassouvie, mais surtout l’idée d’obéir – à un homme inquiétant, de surcroît. J’adore ce frisson de peur et le découvrir me surprend. Je me sens vivante, debout : il se passe quelque chose, la vie bat, mon sang bouillonne.
   La voix de la raison me suggère de m’inquiéter mais mon envie d’expérimenter la fait taire. Ce sera plaisant de se laisser aller. Je me préparerai selon les codes, et ensuite plus rien ne dépendra de moi. J’ai besoin de repos, non ?
   Je ne me plains pas de ma vie de femme célibataire, mais parfois je suis fatiguée de tout décider seule. L’idée de ne plus m’occuper de rien le temps d’une parenthèse hors de la réalité me tente. »
   Les scènes de sexe sont intenses, bien hard ! Camille entre dans le vif du sujet ! J’ai ouvert de grands yeux, et pourtant, je me croyais une lectrice aguerrie ! Alors gare à vous 😉 lecture déconseillée aux sensibilités délicates et douillettes ^^ Quoique, il faut bien perdre sa candeur virginale un jour ou l’autre !
   J’ai beaucoup aimé les deux personnages féminins, leur complicité, leur désir réciproque et leurs jolies étreintes, mêlant leurs peaux douces. Le Maître, Bruno, m’apparaît presque un peu « fade » à côté d’elles, un comble 😉, et plus convenu, mais il joue son rôle à merveille, et renforce les liens entre les deux jeunes femmes par son entremise. J’ai aimé la façon dont elles ne se quittent pas des yeux pendant qu’elles subissent diverses épreuves et assauts, recherchant dans le regard de l’autre des encouragements, un soutien sans faille, et excitées aussi de se voir tourmentées et possédées par Bruno et d’autres.
  2020-07-29 02
   Mel sait très bien décrire ce qui lui plaît dans sa vie de soumise, et nous comprenons comment cette vie hors norme se révèle épanouissante. Car Mel ne se contente pas de quelques soirées occasionnelles, elle est soumise à plein temps, et nous devinons grâce à elle la magie d’une relation BDSM : elle se montre toute dévouée à son mari, s’offre entièrement à lui, à ses caprices, à ses amis… et Bruno organise sa vie autour d’elle et de leur relation, entretenant le feu, la passion grâce à des séances extrêmes, et en incluant à présent son amie de coeur dans leurs jeux.
   Une lecture troublante à souhait, excitante, et qui permet aussi de bien appréhender le BDSM, ses pratiques et ses questionnements ! Et qui donne envie… d’avoir une soumise 😉

   La présentation de l’éditeur
   Aah, les amours adolescentes…
   — T’as de beaux seins, toi. Les miens sont pourris.
   — Dis pas ça, répond Hélène à Mel, je les adore. Tu ressembles à Jane Birkin.
   Les années passent et l’amourette lesbienne devient une amitié ambiguë. Mel finit par épouser son Bruno, tandis qu’Hélène, la narratrice de ce récit torride se consacre désormais davantage à son travail qu’au sexe…
   Mais ces nouvelles vacances lui offriront peut-être un nouveau départ. Le couple modèle, « classe moyenne bon chic bon genre », cache un secret. Une fois refermée la porte du pavillon, Bruno est un Maître intraitable et Mel sa soumise épanouie. La découverte de ce nouvel univers, son érotisme puissant, sa violence sourde, ses codes à la fois kitsch et romanesques, fascine et inquiète notre héroïne. Elle n’hésitera pas à se mettre en danger ni dépasser les limites de la morale ou de la bienséance pour satisfaire sa curiosité… jusqu’à aller trop loin ?
   Conte du sadomasochisme ordinaire, Vacances en soumission, premier livre de Camille Sorel, ancienne soumise et future grand nom de la littérature porno, n’est pas un roman d’initiation BDSM de plus. Hyperréaliste et d’une crudité absolue, il dévoile enfin, sans tabou et en détail, les coulisses de ce monde trouble.

   Pour le commander
   Les Editions La Musardine
   Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *