Une soirée électrique

   Les photos de Daniel Power prises lors de la soirée L-Ektrod aux Caves St Sabin m’ont inspiré une petite histoire :

***

    Ce soir, j’ai quartier libre, je ne suis ni complètement domina ni vraiment soumise, un peu de tout selon les circonstances, les rencontres ; je suis venue danser !
    Soudain, je l’aperçois du coin de l’œil, elle est arrivée, et mon cœur s’emballe. C’est une dominatrice irréelle tant elle est belle. Autour d’elle, l’air se raréfie, la musique s’atténue, il n’y a plus qu’elle. Le temps s’arrête sur son passage. Tous les regards convergent vers elle, tous veulent attirer son attention, l’emmener danser, l’embrasser, éprouver son emprise, subir ses sévices. Ils l’indiffèrent, elle les chasse d’un revers de main s’ils s’approchent trop près.
    Nos regards se croisent, me voilà prise dans ses filets, charmée, sous le coup d’un puissant sortilège. Elle s’avance vers moi, elle semble voler juste au-dessus du sol. Elle plonge ses yeux dans les miens, des yeux à la fois pleins de défi, de cruauté tendre. Un léger sourire flotte sur ses lèvres. Je pourrais me damner pour un tel sourire, hypnotisée, subjuguée sur le champ ! Ses doigts effleurent mes joues, se promènent sur mon front, dans mon cou… Sans cesser de me regarder, elle secoue sa longue chevelure, retire deux baguettes en bois. Son chignon se défait, des mèches tombent en cascade autour de son visage. Elle s’amuse à faire glisser la pointe d’une des baguettes sur la peau fine de mes bras, délicatement, lentement, sans griffer, juste pour me procurer des sensations. La pointe en bois s’enfonce un peu, je ferme les yeux de plaisir, traversée de courants électriques des pieds à la tête.
    Je ne vois plus le parcours de la baguette de bois, je la sens dans mon cou, sur mes joues, fouillant mon décolleté… Je me tortille, chatouillée ; la dominatrice rit. Elle lève mon bras bien haut, tenant ma main d’une poigne de fer, et fait courir sa baguette magique de mon épaule au poignet. Délicieuse torture !
    La danse des baguettes sur ma peau s’interrompt, j’ouvre les yeux. La dominatrice me sourit, un sourire différent, amical, taquin. Son sourire joueur teinté d’un brin de sadisme a disparu. Il me manque, j’aimais être son nouveau jeu !
    — Ça t’a plu ?
    Je reste sans voix, mais je pense que mes yeux parlent pour moi ! Énormément !
    La séance est terminée, la dominatrice s’est déjà envolée. Je redescends sur terre, j’entends à nouveau le son électro qui bat dans mes oreilles et m’emporte toute la nuit.

85081048_1074342369566573_6358617236831207424_n
87359866_1074342229566587_4095583399312359424_n
87385813_1074342636233213_4034535988297465856_n
87663619_1074341229566687_3651082386147377152_n

    
    Photos : Daniel Power
   
84840823_1057474101253400_4961884032401932288_oLa page Facebook des soirées L-Ektrod

6 commentaires

  1. ChaParis a écrit :

    Cette histoire est intemporelle. Chaque fois quand je reviens pour la lire, elle donne un sentiment différent et agréable. Que vous êtes charmantes toutes les deux. J’espère que vous pouvez écrire un beau roman érotique (long ou cours) à partir de cette belle histoire.

    1. Clarissa a écrit :

      Merci ! Oui, ce serait un beau point de départ… une rencontre entre une belle dominatrice magicienne et cette participante de la soirée qui se retrouve prise dans ses filets…

  2. Clarissa a écrit :

    Merci ! oui, des instants de rêve, hors du temps…

    1. Clarissa a écrit :

      Je suis contente si j’arrive à partager mon trouble, mes ressentis… merci à vous pour ce retour !

  3. Fred39999 a écrit :

    Quel plaisir de lire ces recits si beaux et troublants. Vous avez le talent de capturer ces moments où le coeur et l’esprit s’emballent. Merci Clarissa de me faire rêver !

  4. ChaParis a écrit :

    Vous êtes magnifique . Quel moment suspendu et érotique !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *