Toutânkhamon

2019-06-22 10

    Un billet « sage » cette fois, en forme d’album-photos, pour me souvenir de cette merveilleuse exposition, et vous donner envie peut-être de vous plonger vous aussi dans la magie de l’Egypte ancienne.
    Pas tout à fait sage quand même, puisque je me suis longuement interrogée devant l’une des très belles sentinelles noir et or. Pourquoi son pagne pointe-t-il en avant comme ça ? Quelle formidable érection se cache dessous ?
    Le goût du fantastique, de l’art a repris rapidement le dessus et dissipé mes pensées érotiques, je vous livre mes impressions dans le désordre. 

    L’Egypte antique, une civilisation empreinte de beauté
    Les artisans sont des artistes, le moindre objet de la vie quotidienne, vase, boîte, chaise, arc, canne… est une œuvre d’art finement décorée, gravée de scènes, de symboles, de hiéroglyphes, défiant le temps. Certains objets ont un design évoquant l’art nouveau, l’art déco, l’art contemporain, ils sont magnifiques, souvent simples, et ils nous touchent comme peut le faire une statue, un tableau.
    Les bijoux sont au-delà du merveilleux ! Sublimes de couleurs vives et de raffinement, immenses, se suffisant à eux même… Un bijou egyptien, un petit pagne blanc, et l’on est paré pour les fêtes et les cérémonies !
    Quelques statues grandioses nous surprennent au détour de l’exposition, exprimant à la fois l’autorité, la bienveillance neutre du souverain (l’expo est vraiment très bien mise en scène, comme si l’on voyageait vers l’au-delà avec le pharaon)
    Des boîtes !
    Moi qui adore les boîtes, j’ai marqué un temps… des boîtes en bois, en pierre transparente, plus belles les unes que les autres.
    Et des boîtes dans les boîtes dans les boîtes ! Je pense aux vases canopes contenant les viscères du défunt, enfermés dans plusieurs boites… et à la momie du pharaon, reposant dans trois sarcophages, un tombeau de pierre, et plusieurs « chapelles » d’or…. (je ne sais plus si c’est le terme exact)
    Les nombreuses statuettes du pharaon le montrent à la pêche, la chasse… presque nu, le corps gracile, androgyne, les yeux fardés, parfois avec des seins. Des représentations très troublantes.
    De l’or à l’excès, des trésors, toujours beaux, de « bon goût » malgré leur démesure. Impressionnant de beauté et de richesse pour un pharaon mort si jeune…

    Une civilisation baignée de magie, vivant dans la pensée de la mort, chacun prépare minutieusement son dernier voyage, en particulier les pharaons.
    Le pharaon emmène dans son tombeau tout ce dont il a besoin dans l’au-delà, où il mènera une vie en miroir : de nombreuses statuettes de serviteurs, des bateaux en miniatures, qui reprendront leur taille normale, de la nourriture, des meubles, des jeux, des bijoux à foison…

    Une religion tellement éloignée de la notre, elle nous semble issue d’une civilisation extraterrestre, et pourtant, nous sommes familiarisés avec ces dieux à tête d’animaux depuis l’enfance. La fascination reste intacte, ils sont si majestueux, avec leurs corps finement musclés, et vivent des aventures mythologiques absolument effroyables !
    Ils ont plusieurs cordes à leur arc, parfois sans lien entre elles. Ainsi, celui qui serait mon dieu, le dieu de l’écriture, Thot, prend la forme d’un ibis ou d’un babouin, et s’occupe également de sagesse, des sciences, de la lune…
    Et ce point commun troublant avec la religion catholique : le jugement, la pesée des âmes au moment du dernier voyage.

    J’avais envie d’en savoir plus, je voulais trouver à la boutique un livre de contes, mieux comprendre cette mythologie complexe et étrange, aller au-delà de l’histoire d’Osiris tranché et réparti aux quatre coins du monde, remembré par Isis ensuite (whaow), je voulais aussi un livre sur le rite funéraire, mais à part l’épais catalogue de l’exposition et un livre de coloriages pour enfants, il n’y avait que des babioles, des statuettes et des goodies dorés.

    Seule déception, et de taille : le fameux masque, pourtant symbole de l’exposition et figurant sur notre billet, est absent ! Trop fragile, détérioré par maladresse, mal réparé sur le moment, il ne se déplace plus. A nous de voyager !

2019-06-22 10
2019-06-22 10
2019-06-22 10
2019-06-22 11

2019-06-22 11
2019-06-22 10
2019-06-22 10
2019-06-22 11
2019-06-22 11
2019-06-22 10

2019-06-22 11

2019-06-22 11

2 commentaires

  1. Pastellle a écrit :

    Dommage pour le masque, il est tellement beau ! Mais il reste dirait on pas mal d’autres choses magnifiques à voir… Et moi aussi j’adore les boites !

  2. Clarissa a écrit :

    Oui, tous les autres trésors compensent largement l’absence du fameux masque ! Terrible cette addiction aux boites (j’aime aussi les trousses, les sacs… mais je résiste à la tentation !)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *