Switcheries

    Je repense aux Switchs, ceux et celles qui aiment se soumettre, et aussi dominer (même si souvent, ils ont plus de goût pour l’un ou pour l’autre)

   Quand deux switchs se rencontrent et se dévoilent d’emblée, il y a un moment de flottement : qui va prendre l’ascendant ? Va-t-elle assurer le rôle de la dominatrice, ou bien se glisser dans celui de la « soumise » ? Et lui, se montrera-t-il dominant ou soumis (brat, forcément) ? Cela dépend de plein de choses : des forces en présence, de l’état d’esprit du moment, de l’envie du jour de l’un et de l’autre…
– Le choix peut s’imposer tout seul : chacun se coule naturellement dans un rôle, motivé par ce que l’autre lui inspire, le temps d’une séance ou plus si affinités. Ils n’en démordent plus : lui sera soumis, elle sera dominatrice, et réservera son autre visage à d’autres partenaires.
– Parfois, les deux plaisirs, celui de dominer et celui de se soumettre, coexistent et les partenaires de jeux alternent au bout d’un moment convenu, ou qui survient tout à coup sans crier gare (encore meilleur !).
– Mais il arrive qu’ils ne réussissent pas à s’entendre sur leurs rôles respectifs. Aucun ne se veut céder ni ne se rend, chacun résiste de toutes ses forces aux vaines tentatives de l’autre de le faire plier. Ils se mettent à chahuter comme des lionceaux, se griffent et se mordent l’un l’autre, se fessent, s’étranglent, se chatouillent, se pincent… de plus en plus fort, fouettés par les « mauvais » traitements reçus et rendus au centuple… jusqu’à ce que l’un crie grâce. Qu’il est doux alors de s’avouer vaincue et de s’abandonner, ou au contraire de sentir la volonté de son « adversaire » abdiquer et d’en faire ce qui nous chante.
J’ai appris récemment que cela a un nom : fight play ! (ou play fight, je ne sais plus) On peut même s’y adonner lors d’ateliers animés et encadrés – on doit perdre en spontanéité, mais j’irais bien quand même, pour voir et chahuter…
Tout a un nom en fait !
Comme me le disait une amie récemment, il y a des couples qui découvrent par hasard qu’ils pratiquaient le tantra ou le bdsm sans le savoir, par instinct et par goût !

   Photo prise sur le net, créditée ou retirée sur simple demande. Chaton ou lion, telle est la question !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse