Splendeurs et misères. Images de la prostitution, 1850-1910

prostitution_orsay_carolus_durand-tt-width-653-height-476-fill-1-crop-0-bgcolor-ffffff

    Magnifique exposition au musée d’Orsay sur la prostitution, jusqu’au 17 janvier 2016 !
    Cette expo nous propose une très belle plongée dans le temps, et nous montre toutes les facettes de la prostitution d’alors, les plus fastueuses comme les plus glauques, à travers des tableaux, puis des cartes postales d’époque.

    De superbes peintures mettent en scène des prostituées postées dans la rue, à la lumière des réverbères, accostant le client en dévoilant une cheville, en leur jetant un regard effronté… D’autres se mêlent aux danseurs dans les bals, aux spectateurs à l’opéra… elles sont riches, entretenues, alanguies sur des coussins moelleux ; ou simples occasionnelles, se réchauffant devant un verrre d’absinthe, petites vendeuses arrondissant leurs fins de mois…
    Le regard des peintres nous fait vivre aussi le quotidien des maisons closes, l’ambiance entre filles avant l’arrivée des clients : leur toilette, l’attente, les jeux pour tuer le temps… avant que les maisons closes ne soient supplantées par les maisons de rendez-vous, puis définitivement supprimées.
    IMG_8996Quelques objets sont également présentés : un mystérieux fauteuil conçu par Edouard VII, pour à la fois supporter la corpulence du prince et lui permettre d’avoir des relations avec deux femmes simultanément (voilà qui inspire des histoires !), une boîte de préservatifs ancienne… Mais ils ne devaient pas être très utilisés si l’on en juge par les ravages de la Syphilis, que l’on ne savait pas encore soigner. (jusqu’à quel point les prostituées en souffraient ? L’expo n’est pas très claire sur le sujet. Rien n’est dit non plus sur les grossesses non désirées, qui devaient pourtant arriver à l’occasion, en l’absence de contraception). 
   Derrière des tentures rouges : des cartes postales friponnes et coquines comme tout, y compris homosexuelles, les premiers films X, amusants de spontanéité et de candeur, très crus malgré tout…
   Pour en savoir plus
   Sur le fauteuil de volupté, lire le billet de Vagant ici
   Quelques anecdotes sur le Paris libertin d’antan sur le site de Paris Derrière
    Le site du Musée d’Orsay

   Quelques tableaux qui m’ont particulièrement plu (Charles Carolus-Duran, Henri Gervex, Jean Béraud, Edouard Manet)
148775-les-images-de-la-prostitution-en-france-au-musee-d-orsa
IMG_8989
IMG_8987
IMG_8985

splendeur

GERVEX_bal_Opera_
Henri Gervex, Edouard Manet

    

5 commentaires

  1. goffaux a écrit :

    Oui c’est une bonne idée mais pour le moment je suis en convalescence suite à une opération….amitiés Clarissa j’aime vous lire …cette liberté d’esprit aussi…

  2. goffaux a écrit :

    Que j’aimerais voir cela…mais je vis trop loin hélas……

    1. Clarissa a écrit :

      Il faut venir nous voir un jour ! et profiter des joies de la vie Parisienne le temps d’un week-end…

  3. Clarissa a écrit :

    Oui, j’ai photographié aussi deux ou trois tableaux (toujours sans flash bien sûr), avant de réaliser que l’on ne pouvait pas prendre de photos, oups ! La semaine dernière, j’ai visité une autre expo, au Grand Palais, et cette fois, les photos étaient autorisées… je n’y comprend plus rien !

  4. Vagant a écrit :

    Avez-vous fait vous-même cette photo du fameux fauteuil ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse