Rayon hommes, de Camille Saféris

rayon-hommes-livre

    Rayon hommes est une histoire basée sur une idée très originale et pleine d’humour : et si on pouvait regarder des hommes en vitrine et prendre celui qui nous plait ? Tout le monde sait combien les sites de rencontres peuvent être source de temps perdu et de rencontres plus décevantes les unes que les autres.  Des centaines d’hommes connectés, mais finalement aucun qui ne nous convienne…
    Dans ce roman, un grand magasin l’a bien compris et lance son « Rayon hommes », où l’on peut « réserver » l’homme de son choix. On peut échanger des regards, des sourires, consulter sa fiche de présentation… et même le humer dans une « cabine d’essayage ». La garantie de moments réussis au lit ! C’est presque tentant…
    J’ai aimé l’histoire, le ton plein d’humour et décapant de l’auteur, les personnages ! Je l’ai lu avec plaisir et je me suis bien amusée.
    On suit les déambulations de Zoé, ses hésitations, ses errances, ses choix (pas toujours les meilleurs !) sa quête de « l’homme idéal », alors que non loin, caché, se tient peut-être celui qui lui faut…
    Barnabé, vendeur au rayon hommes, est décidément mon personnage préféré, j’en suis presque tombée amoureuse ! Son côté lourd, macho mais pas trop, son humour, son autodérision et son ironie sur les malheurs qui l’accablent … Irrésistible ! Un brin mufle quand même… Le drame de Barnabé est d’être transparent, invisible pour la jeune fille aimée, Zoé. Zoé est un personnage plus trouble, moins attachant avec son égocentrisme, ses coups de gueule, sa mauvaise humeur … au point que l’on se demande parfois ce que Barnabé lui trouve (mais peut-être suis-je jalouse !)
    Au-delà de ces deux personnages principaux, nous suivons Vanessa, la meilleure copine de Zoé, pour laquelle j’ai une tendresse particulière ; et les multiples hommes « essayés » par Zoé qui sont l’occasion de scènes plus drôles les unes que les autres (quand même, le musicien féru d’histoire m’a fait un peu de peine, si personne n’en veut, je le prendrais bien !)
    Le roman est parsemé d’extraits d’études scientifiques criants de vérité, collant si parfaitement à l’intrigue et aux états d’âme des héros, que je soupçonne fortement l’auteur ou un comparse de les avoir inventés… Ils sont d’une telle crédibilité qu’ils sèment le doute. Peut-être une véritable étude finalement 😉 à vous de juger !
    Par contre, même si la sexualité est omniprésente dans le livre et constitue le cœur de l’intrigue, il ne faut pas s’attendre à des passages érotiques excitants ou troublants. Il y a des scènes torrides, oui, mais elles sont plutôt traitées sous l’angle humoristique, et m’ont bien fait rire elles aussi !
   
    En conclusion, une histoire vraiment drôle, très romantique finalement, malgré un coeur du sujet mercantile, les hommes étant ramenés au rang de sextoys à louer. Car c’est aussi l’histoire d’un coup de foudre et d’une quête de l’être aimé en dépit des obstacles et les déceptions qui s’accumulent…

    Vous pouvez le commander sur le site de La Musardine ici et sur Amazon

    Roman-photo de la soirée de lancement du livre, à la librairie La Musardine :
10336673_562716627178287_2664094307319731310_n
10365802_562716530511630_6958252254179947500_n
10441344_562716410511642_1009727738988909641_n

    Dans l’ordre, vous reconnaîtrez : Anthony Sitruk, auteur de Pornstar, courageusement en vitrine ; Camille Saféris, auteur de « Rayon hommes » ;  et Stéphane Rose, directeur de la collection « Osez 20 histoires de sexe » aux éditions La Musardine, entouré de deux groupies, dont votre blogueuse masquée 😉
 (Photos : Christian kiss, sauf la première, de Clarissa)

    La quatrième de couverture :
     » Les filles d’aujourd’hui sont compliquées. Prenez Zoé, ma cliente. Encore une qui cherche l’amour au Rayon Hommes, le nouveau concept-store des Grandes Galeries : des mâles “prêts-à-emballer” que les femmes viennent se choisir en magasin – c’est l’idée du siècle, un vrai carton ! Et moi dans tout ça ? Je suis juste Barnabé, le vendeur. Des semaines que ma Zoé fait du lèche-vitrines, teste tous ces types l’un après l’autre, sans conviction. Son problème, c’est qu’elle cherche un modèle qui n’existe pas, sans voir que l’homme de sa vie, c’est moi. Le seul du Rayon Hommes qui ne soit pas à vendre. » 
Ce premier roman épicé, drôle et cash, est une grande histoire d’amour en 3D. De l’aventure, du frisson, de l’émouvant qui ferait presque chialer… et des scènes de sexe non simulées ! 
Scénariste et auteur protéiforme, Camille Saféris compte à son actif une vingtaine d’ouvrages et de best-sellers, dont Je parle le Parisien, dictionnaire franco-Parisien (Parigramme), Le Kamasûtra toute seule (31 Éditions) ou Le Manuel des Premières Fois (L’Opportun). »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *