Procrastination et renoncements divers

   Ce week-end, j’ai décidé de m’organiser mieux, de passer moins de temps sur les réseaux sociaux à bavarder gaiement en pure perte, d’arrêter d’être en retard sur tout et de privilégier le plaisir immédiat au détriment des contraintes de long terme – tout de suite, ça donne envie ^^. J’ai décidé de « ranger » (rien que le mot me fait rêver ! Je sens déjà des picotements de plaisir parcourir ma peau… non je rigole ! D’autres mots me font cet effet si agréable, mais celui-là provoque plutôt l’effet inverse… )
    Pleine d’énergie, de détermination, avec l’aide d’une playlist spéciale « jogging », je me lance tout azimut :
   Je m’attaque aux 2000 photos qui s’accumulent sur mon téléphonedites-moi que c’est pire chez vous : les télécharger sur l’ordi, et commencer le classement : « noël », « réveillon », « choses vues dans la rue », « blagues de potes », « selfies ratés », « photos osées »… Renoncer. L’explorateur de fichiers plante sous le nombre, il y a des photos partout, des catégories par centaines…
    Je me plonge dans mes playlist Deezer, je tente de trouver un peu de cohérence entre mes listes « slows », « soft », « romantique »… je me perds des heures dans des centaines de chansons et des dizaines de catégories… Renoncer, trop de temps passé et perdu, seule en plus.  Au moins, sur Facebook, je suis « en lien » avec des gens, c’est presque comme prendre un café avec des amis…
    Farfouiller dans mes fichiers de textes, les classer au bon endroit, tenter d’identifier les dernières versions, rechercher des débuts perdus, commencer un fichier exel pour mémoriser les prénoms de mes héros, les situations (sinon, c’est toujours Julie ou Chloé, qui rencontre Olivier ou Pierre, dans un train ou lors d’un repas de famille, voire tout cela à la fois si je me laisse vraiment aller.) Renoncer là aussi avant d’y passer ma nuit.
   Reprendre un texte en cours de correction, pour une ultime relecture avant de « boucler » définitivement.Terminer quelque chose, enfin… mais penser à d’autres scénarios, remuer des fantasmes extrêmes, avoir envie d’écrire une nouvelle histoire, toute neuve, terriblement exitante (hum, pour moi en tout cas). Penser à mon Womanizer tout seul dans sa boîte.
   M’approcher de la pile de paperasse en souffrance, soupirer des le premier courrier déplié. Préférer écrire un billet de bla bla pour mon blog. Repenser à mon Womanizer encore vierge. Ou à l’homme, inaccessible pour un temps infini. Jusqu’à ce soir.
   Envisager sérieusement le recrutement d’un soumis administratif, si cette catégorie de soumis existe. J’ai déjà reçu plusieurs propositions de soumis spécialisés dans le ménage, je les remercie au passage, mais quid de l’administratif ? candidatures examinées en MP. Il me semble avoir déjà lancé un appel il y a quelque temps, j’ai eu des propositions, mais jamais celle-là !
   Envisager de tout planter là et de partir à l’autre bout du monde, pour vivre au soleil d’amour et d’eau salée. Se réjouir finalement de sortir déjeuner dans la ville glacée, et de laisser derrière moi tout mon bazar… (et encore, j’ai surtout évoqué mon désordre virtuel)
  Demain, je m’organise mieux…

  Photo : mon bureau (non ! image trouvée sur le net)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *