Plaidoirie d’une soumise

Hier soir : je suis ravie de me mettre en route vers le Sweet Paradise, lieu que j’aime beaucoup. Au moment de changer de ligne, dans un escalier du métro, je tombe par hasard sur une amie ! Quelle chance avions-nous de nous croiser là ? Et, tout de suite derrière elle, un ami descend ce même escalier ! Stupeur… Nous nous sourions le temps d’échanger quelques mots, avant de courir vers nos obligations.
De bien douces obligations pour moi, puisque je vais au théâtre, assister à « La plaidoirie d’une soumise », une pièce qui me tentait depuis longtemps, car elle aborde un sujet qui me passionne, le bdsm, les relations D/s, la soumission….
J’ai beaucoup aimé !

Le rideau s’ouvre, une avocate entre en scène. Elle doit défendre un homme accusé de violence envers sa compagne et traduit en justice. Elle nous révèle qu’elle est cette femme, cette femme frappée, enfermée, humiliée… et qu’elle était parfaitement consentante !
Elle commence sa plaidoirie avec feu, nous interpelle : une femme n’est-elle pas libre aujourd’hui de vivre ses désirs comme elle le souhaite ? Cette vie de soumission, elle l’a choisie, elle l’aime…
Elle nous raconte sa rencontre avec son maître, leurs séances, les épreuves auxquelles il la soumet… et nous fait toucher du doigt son goût pour la soumission, ce vœu d’absolu, au-delà de l’amour. Se donner, entièrement…
J’ai aimé la mise en scène ! L’alternance entre la plaidoirie flamboyante de l’avocate et les flash-backs, le récit des séances passées. L’avocate troque alors sa robe noire contre un ravissant ensemble de lingerie, la femme sûre d’elle-même et déterminée laisse la place à la femme aimante, soumise, soucieuse d’obéir à son maître. Un maître exigeant, les séances sont intenses ! Nous frémissons sur nos sièges, mais sans jamais avoir le moindre doute sur le consentement de la soumise malgré la dureté des épreuves. Elle nous confie son amour pour son maître, ses désirs, et comme elle aime ce choix de vie.
Le maître est très présent, mais on ne le voit jamais, on entend sa voix, on perçoit sa présence à travers tout un jeu de mise en scène, de lumières, de bruits, très bien imaginé.

Une pièce parfaite pour comprendre les ressorts de la soumission, et qui appelle au non jugement de ces pratiques qui peuvent sembler extrêmes vues d’un œil extérieur, mais qui procurent des sensations merveilleuses à ceux et celles qui les aiment.
Le texte est très beau ! Et l’actrice excellente… elle habite son texte, le vit pleinement, et nous emporte avec elle. On devine que tout ce qu’elle nous raconte est vrai, et la pièce n’en est que plus troublante.
Une plaidoirie vibrante d’émotion ; j’en suis sortie enthousiaste et pleine d’énergie : oui pour la liberté d’aimer et de nous amuser entre adultes consentants comme bon nous semble ! Sans jugements… Il me semble d’ailleurs que nous sommes souvent nos propres juges (éducation, religion, peur du qu’en dira-t-on…). Une pièce qui nous invite à faire fi de nos scrupules, et du regard des autres. Un appel à la bienveillance et la tolérance pour ceux et celles qui ne partagent pas ces goûts et ne les comprennent pas. Oui, même en ce temps d’égalité hommes-femmes, de féminisme, si tel est notre choix éclairé, nous avons le droit de nous soumettre, par amour, et par goût aussi. La société ne doit pas confondre les violences faites aux femmes, impardonnables, devant être jugées, avec des pratiques bdsm hors normes parfois, mais parfaitement consenties.
(Seul regret : j’aurais aimé savoir la suite de l’histoire^^)

Un grand merci à l’ami qui m’a emmenée la voir !
Avec un petit signe à la très jolie Sweetie en coulisse qui a joué les assistantes pour les changements de décor !

Pour prendre votre place : Billet reduc

La pièce sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *