Perséphone, de Frédérique Gabert

5e444692-cf12-2b39-10cf-69fdee278442

    Enfant, je me suis passionnée pour la mythologie, avant de délaisser pour la science-fiction, entre autres. Les légendes mythologiques avaient rejoint le domaine réservé de l’enfance, au côté des contes de fées.
    Je me suis replongée avec délices dans la mythologie l’été dernier, et j’ai envisagé d’un autre œil le fougueux Jupiter, les gracieuses nymphes, tous ces dieux entièrement préoccupés d’amour et de sexe, et mêlant les mortels à leurs jeux… Rapts, viols, incestes, tortures et sévices, le tout conté assez joyeusement…  La mythologie a tout pour me plaire ! Surtout quand elle est aussi joliment racontée par Frédérique Gabert dans Perséphone.
    Perséphone est une nouvelle qui raconte l’enlèvement de Coré par Hadès, le dieu des enfers (ou Pluton, pour ceux qui comme moi sont plus familiers avec les noms Romains). Coré mène une vie bucolique au milieu des fleurs et de ses amies les nymphes quand elle se retrouve précipitée aux enfers. Dès ce voyage contre le torse puissant du dieu, on perçoit son trouble, la naissance de son désir, malgré la peur. Hadès lui propose de rester trois jours avec lui, il est prêt à lui rendre sa liberté ensuite si elle le souhaite. Il lui fait visiter les lieux, magnifiquement décrits par Frédérique Gabert, et Coré ne tarde pas à craquer, avec fougue, devançant même parfois son divin amoureux.
    La lecture de Perséphone m’a enchantée ! Je connaissais la version sage, « officielle », et c’était délicieux de se plonger dans les « dessous » de l’affaire. J’ai beaucoup aimé l’écriture de Frédérique Gabert, en particulier ses descriptions d’Hadès, superbe et terrible à la fois. Inquiétant mais tellement attirant…
    Les scènes de sexe sont intenses et très belles. J’avoue avoir souri en voyant avec quel entrain Coré s’adonne aux plaisirs de l’amour. Elle est censée être une vierge innocente et découvre d’instinct les gestes les plus passionnés. Elle aurait peut-être dû se montrer un peu plus farouche. Sans doute le pouvoir terrible d’Hadès l’aura envoutée… Et après tout, elle est de sang divin elle aussi, puisque ses parents sont Déméter et Zeus (ce qui fait d’elle la nièce d’Hadès, mais passons, l’inceste est le cadet des soucis des dieux;-) )
    J’ai eu la joie de découvrir d’autres très beaux dessins de Lys Sinclair, en plus de la couverture. Je ne savais pas que l’histoire serait illustrée, un peu comme les livres d’enfants de notre jeunesse. Des dessins aux couleurs vives, intenses. J’ai immédiatement troqué ma liseuse contre ma tablette pour mieux en profiter.
    Un vrai coup de coeur… maintenant, j’ai envie de relire toute la mythologie, revue par des auteurs érotiques !
    Présentation de l’éditeur
    Enlevée  par Hadès, Perséphone satisfait sa mère et son époux en passant la  moitié de l’année sur Terre et l’autre moitié aux Enfers.   Le mythe occulte cependant les ressentis de Perséphone. Frédérique  Gabert choisit pour sa part de narrer le trouble de la nymphe et son  désir naissant pour le dieu des Enfers. Les quelques jours qui précèdent  la décision de la future reine des morts sont l’occasion d’une visite  des lieux et d’une description classique de ce qu’étaient les Enfers  pour les Anciens.
    « Voici donc ma proposition : demeurez auprès de moi trois jours  et trois nuits. Si au terme de ce temps, vous désirez toujours partir,  je vous libérerai »
    Dans une langue soignée, l’auteure dépeint un décor fastueux et le  désir de Perséphone, exacerbé par les tentations d’Hadès. Le texte est  somptueusement illustré.
Perséphone, Reine des morts est le premier volume de la série  Figures mythiques qui s’intéresse à de grandes figures féminines,  mythologiques ou historiques.

    Pour le commander
Les Editions Dominique Leroy
Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *