Nathalie et ses bonnes oeuvres, de ChocolatCannelle

    Nathalie et ses bonnes œuvres est une nouvelle pétillante et pleine de joie de vivre. Nathalie est une jeune femme belle, pulpeuse, heureuse. Elle est simple, presque candide, et aime faire plaisir.
    Un jour, elle vient remplacer au pied levé sa mère dans ses activités caritatives, et chamboule quelque peu l’organisation bien huilée de la récolte des dons et de leur distribution. ChocolatCannelle décrit avec beaucoup d’humour le désir des hommes devant les courbes affolantes de Nathalie, et les soupirs des rombières, un brin choquées – ou frustrées –. La jeune femme ne cherche pas particulièrement à exciter tous ces garçons, elle se contente d’être elle-même, mais s’en trouve flattée, et n’hésitera pas à user de son pouvoir de séduction pour la bonne cause, sous les encouragements d’Alain, bénévole avec elle.
    Plusieurs hommes évoluent autour de Nathalie, son patron, un jeune homme venu à la distribution de denrées alimentaires… attirés comme des papillons par cette lumineuse jeune fille, ils cherchent à l’attirer. Nathalie a bon cœur, elle ne veut faire de peine à personne et cherche à contenter tout le monde. Et elle-même au passage…
   J’ai beaucoup aimé le style direct, joyeux et plein d’humour de l’auteur. Une écriture vive et alerte qui m’a mise en joie. L’histoire est menée tambour battant, et offre plein de surprises, de troublantes scènes érotiques, et on suit avec beaucoup d’amusement les aventures de l’héroïne et les questions qu’elle se pose. Nathalie, si fraîche et joueuse, naïve et maligne à la fois, est un personnage très attachant.
   La seule chose que j’ai moins aimé, c’est quand l’auteur nous interpelle, pour justifier un trait de caractère de Nathalie, ou un rebondissement rocambolesque. J’ai l’impression d’être tirée en dehors de l’histoire, dans un brusque rappel dans la réalité (et oui, je suis en train de lire un livre, et pas de vivre intensément les folles aventures de l’héroïne). La lecture a toujours eu un grand pouvoir, celui de me plonger vraiment dans un autre monde, au point de me faire tout oublier – à condition que le livre soit bien écrit !-. De tels apartés sont moins gênants quand il s’agit d’un récit rédigé à la première personne : on reçoit des confidences, il peut y avoir des commentaires de la part de la personne qui raconte…  
    L’illustration de couverture est signée Chairminator, et représente Nathalie telle que je l’imagine : mutine, innocente, et un brin provocatrice tout à la fois !
   
    Présentation de l’éditeur
    Quand  Nathalie vient remplacer Gabrielle, sa mère, pour la collecte de la  banque alimentaire, Alain réalise que la jeune femme pourrait utiliser  son physique avantageux pour faire le bien autour d’elle. La plantureuse  Nathalie met alors en scène ses talents, en toute candeur… à moins que  le personnage soit moins manipulable qu’Alain, Jojo, et son employeur,  le Dr Grignoux, ne le pensent.
    « Pauvre Nathalie, objet de fantasme de tous ces mâles… Alain  soupirait, mais convenait d’une part qu’il était en proie aux mêmes  fantasmes que les autres et, d’autre part, que cela arrangeait bien  leurs affaires. »

    Pour commander le livre
    Les éditions Dominique Leroy 
    Amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *