Les goûters du divin marquis

  
487203_466224750082608_508226979_n

        Depuis le temps que « Les goûters du divin marquis » adressaient des clins d’oeil (sans le savoir) aux « Goûters de Clarissa », il fallait bien que cela arrive un jour !

***
      Cela faisait longtemps que j’avais envie de participer aux Goûters du divin marquis curiosité pour cet univers SM, pour me documenter, trouver des idées pour mes histoires….et pour le nom bien sûr, si proche des Goûters de Clarissa… Je trouvais aussi le concept du goûter l’après-midi plus sympa et moins inquiétant qu’une soirée…. Mais je n’avais pas envie de m’y risquer seule, et je repoussais sans cesse mon projet.  
      f_2537  Une discussion avec un ami connaisseur m’a finalement convaincue. Promis, je ne serai pas fouettée, ni attachée. Enfin, pas tout de suite… 😉 Il s’est proposé de jouer les guides et les initiateurs, et je l’ai suivi, vêtue d’une tenue incertaine, ni tout à fait soumise, ni tout à fait Domina… 
f_2536
       

       

     Prudente, j’ai choisi de venir « armée » d’un petit fouet, histoire de ne pas être prise pour une soumise et enchaînée dans un sombre cachot direct ! Mon fouet me rassure et me donne une contenance, il éloigne à coup sûr les Maîtres, tandis que les soumis présents me jettent des regard en coulisses.  

         Nous sommes dans une cave voûtée, chaleureuse, aux allures de boudoir avec ses canapés et ses fauteuils. Sur le mur, un film fétichiste est diffusé, et je le regarde, curieuse et perplexe. Des silhouettes vêtues de latex évoluent, comme dans un film de science-fiction. Elles portent des masques à gaz, qui leur permettent de respirer leur intimité, ou celle d’une autre, elles se livrent aussi à de dangereuses pratiques d’étouffement avec du film alimentaire… le pouvoir du latex sur le désir de certains m’étonnent. Dans le salon, tout est calme, de petits groupes discutent en grignotant des chocolats, une coupe à la main. Les différents convives ont apporté un grand soin à leur tenue vestimentaire, les femmes en particulier sont impressionnantes. 

           Nous nous amusons avec mon ami à tenter de deviner qui est plutôt soumis, qui est dominant. Pour certains, c’est évident. Cette spectaculaire jeune femme moulée dans une combinaison de latex noire ne peut être que maîtresse, ce jeune homme au regard fuyant est sûrement un soumis… Mais qu’en est-il de cette femme à la longue robe gothique, de cet homme torse nu et musclé ? Nous visitons les différentes salles, désertes pour le moment. Une croix de St André trône sur un grand palier ; en face, une pièce est équipée d’une balançoire un peu particulière, avec menottes pour les mains et les pieds ; une autre pièce propose un fauteuil de gynécologue… Toutes les salles sont soigneusement décorées et mises en scène. Je ne vois qu’un seul lit. Ici, on n’est pas là pour faire l’amour.f_2535

           Les choses sérieuses démarrent, peu à peu, de façon à peine perceptible. Des couples empruntent l’escalier. Les maîtres et maîtresses tiennent parfois une mallette qui doit contenir leurs instruments de supplice. Un jeune homme est tenu en laisse par la jeune femme gothique, et nous les suivons, curieux. Il sera installé sur la balançoire, jambes écartées, révélant un sexe prisonnier d’une petite cage. Il se fait fouetter lentement, sans répit, des heures. Plus loin, une femme est installée sur un fauteuil gynécologique, jambes grandes ouvertes, une autre se fait fouetter… 

            Mon complice me propose de tester mes sensations en m’accrochant à la croix de st André. Je ne tiens pas dix secondes. L’absence de liberté me donne aussitôt une envie folle de bouger et de me sauver. C’est clair, je ne suis pas soumise. Suis-je une Domina pour autant ?

             Nous revenons dans le salon principal, et je suis contente de retrouver sa lumière. L’ambiance s’est réchauffée. Des soumises circulent en sous-vêtements, perchées sur leurs hauts talons. J’admire leur aisance. D’autres sont agenouillées au pied de leur maître et subissent quelques doux sévices. Une roue crantée par exemple, que l’on fait courir sur leur peau nue.

            Mon cavalier est un fumeur impénitent et sa pause cigarette me permet de me promener en toute liberté et d’engager la conversation avec un jeune homme, curieuse de ses motivations. Je lui demande s’il se sent plutôt soumis ou dominant. Il ne me répond pas très clairement, dit qu’il se cherche encore, et me retourne bien vite la question.

– Oh moi je viens en curieuse, je ne me sens ni soumise ni dominatrice au fond, je rêverais d’un massage des pieds, mais sinon je ne vois pas bien ce que je pourrais demander…

Des paroles un brin provoc’ que je suis sur le point de regretter. Qu’est-ce qui m’a pris ! Un petit silence s’installe jusqu’à ce qu’un autre homme prenne la parole, d’une voix tranquille.

– Je peux vous en procurer un si vous voulez…

Un peu intimidée, je pose mon pied sur sa cuisse.

« Moi aussi » s’empresse de dire mon premier interlocuteur. Il se précipite à terre et s’empare de mon pied libre.

Les voilà tous les deux me massant les pieds et je ferme les yeux, goûtant le moment, essayant de me détendre. Je sais qu’ils n’attendent rien en échange, et ce pouvoir me grise. Je libère le garçon à terre, décidément trop mal installé et un peu dans le passage, pour poser mes deux pieds sur les cuisses de l’autre masseur. Nos regards se croisent et on se sourit. Je devrais garder l’air dur et hautain des dominas qu’il affectionne sûrement, mais je n’y arrive pas. Je ne peux m’empêcher de sourire de contentement. J’aperçois du coin de l’œil mon ami revenir. Je mets fin au massage à regrets, il est temps de nous envoler vers la suite de la soirée…

            J’ai aimé ce lieu étonnant ! Une idée peut-être : y organiser des « évènements », des animations, pour mettre plus d’ambiance, faire en sorte que les gens se parlent et se rencontrent : des témoignages, des shows, des lectures érotiques, des jeux, des défis… J’ai trouvé que c’était finalement très sage et étonnamment « calme », mais je suis sans doute partie trop tôt…
       
   Quelques liens pour en savoir plus
Cris et chuchotements
Les goûters du divin marquis : tous les vendredi, de 15h à 21h.

   Photos : Cris et chuchotements

21 commentaires

  1. Maître Libertin a écrit :

    Je gage que cette nuit risque d’être longue ! …et sans doute délicieusement dépravée, érotique et magique.
    (Voix off : Et si d’aventure, pour vérifier la magnificence des sensations que devrait vous procurer telle ou telle situation, vous aviez besoin d’un partenaire attentionné et expérimenté, n’hésitez pas à faire appel à votre serviteur…)

    1. Clarissa a écrit :

      Je pensais à une nuit par rôle.. merci pour votre proposition ! Je n’y manquerai pas

  2. Maître Libertin a écrit :

    À quel rôle pensez vous ?
    Celui d’une courtisane délurée , libertine et coquine ?
    Celui d’une captive qui subit bien malgré elle (quoique…) les derniers outrages ?

    1. Clarissa a écrit :

      Vous me donnez une idée, un jour je ferai un billet sur ce sujet : toutes les femmes que j’aimerais incarner, le temps d’une nuit

  3. Maître Libertin a écrit :

    Etant un amateur de SM (côté dominant), je m’y suis rendu quelques fois, et les goûters du divin marquis sont certes un lieu de débauche – sourire – mais de débauche bien ordonnée.
    Rien n’est fait contre le gré de quiconque. Une étonnante ambiance bon enfant y règne. L’humour est souvent de mise, même s’il côtoie ou accompagne l’application de quelque sévice qui peut s’avérer douloureux pour celui qui le subit (mais qu’il appelle de ses vœux).
    Si vous ne savez pas bien de quel côté vous vous trouvez (souhaitez-vous vous remettre totalement entre les mains d’un partenaire ou au contraire goûterez-vous au plaisir de voir vos moindres volontés être exhaussées par un ou une soumise dévouée et ravie de vous servir ?) pas de problème, le mieux est de se positionner en observateur-(trice) et de vous concentrer sur vos émotions et vos envies à la vue de telle ou telle situation.
    Et si vous vous sentez l’âme d’une soumise, le mieux, je crois, est de trouver un dominant, à la fois autoritaire et attentionné, en-dehors de ces lieux, pour venir une fois votre relation de Domination/Soumission bien établie.

    1. Clarissa a écrit :

      J’avoue que je suis plus tentée de voir tous mes vœux exaucés ce qui n’empêche pas de jouer d’autres rôles à l’occasion !

  4. lunalithe a écrit :

    L’expérience est super intéressante ! Ces lieux, comme tous les autres lieux dits « de plaisir » me fascine ! Je rêve d’aller y faire ma petite curieuse, mais je ne m’y risquerai jamais seule, trop timide pour ça !
    Et je n’ai pas d’amis à la sexualité assez débridé pour m’accompagner, donc je ne ferai probablement ces visites que par l’intermédiaire d’articles comme le tien !

  5. Nicolas Lacharme a écrit :

    Une expérience très intéressante que vous avez tenté là Madame !
    Dans notre province profonde, point de donjon ou de soirée spécialisée. Du moins pas à ma connaissance. Mais ce doit être troublant, de passer d’un jeu « en amoureux » à une exhibition publique…
    J’ai l’impression que vous êtes *vraiment* tentée d’y retourner, non ?

    1. Clarissa a écrit :

      Oui, j’avoue, surtout en cas de soirée spéciale type « vente aux esclaves », ou « démonstration de shibari » … par exemples…

      1. Nicolas Lacharme a écrit :

        Le shibari doit constituer un spectacle redoutablement sensuel en effet… A condition qu’il soit pratiqué sur un autre !!
        Pourquoi une vente aux esclaves ? Cet intermède aurait-il fait naître une Maîtresse en puissance ?

        1. Clarissa a écrit :

          Pour l’instant, j’ai surtout envie de regarder !

          1. Clarissa a écrit :

            Merci Lunalithe Je suis comme vous, très curieuse de ces lieux de débauche, en tant que voyeuse surtout ! On pourrait peut-être nous y rendre ensemble ?

          2. Lunalithe a écrit :

            Eh bien pourquoi pas ?! (Je suis assez voyeuse également, et je suis très agréablement surprise de voir qu’il y a beaucoup de respect vis-à-vis des envies de chacun).
            On en parle en mp ?

  6. goffaux a écrit :

    Merci Clarissa pour ces détails, j’étais juste occupée à me demander si……c’était possible que j’évolue dans un tel milieu, je ne crois pas car pour trouver un maitre un bon à l’heure actuelle je dirais non si ce n’est que vouloir vous attirer seulement dans leurs pulsions sexuelles et celle d’amis…;la vigilance s’impose et comme dit Céline Messine les bons maitres devraient pouvoir éduquer les jeunes mais c’est peine perdue….dommage
    Clarissa…

  7. Clarissa a écrit :

    Oui, c’est bizarre de devoir choisir à tout prix entre le rôle de dominant ou de soumis, et de façon extrême… j’aime bien les eaux troubles où je navigue entre les deux « Les goûters de Clarissa » sont seulement virtuels, c’est le nom de ce blog, car on y trouve toutes sortes de gourmandises mais tu me donnes une idée… !

    1. Clarissa a écrit :

      Merci Valéry ! Oui, croquer des chocolats en bas, et se faire fouetter à l’étage, mélange détonnant ! Il y a beaucoup de mise en scène aussi, de « show ».. Les idées ne manquent pas… j’aurais bien voulu fouiller les mallettes des maîtresses !

      1. Clarissa a écrit :

        Elle a de la chance ! C’est un très beau cadeau…. je n’ai rien vu de particulièrement avilissant ou humiliant… c’est resté très soft… On était surtout dans la recherche d’esthétisme, avec les tenues, les accessoires…

  8. juju051 a écrit :

    Sans aller dans un tel lieu, c’est assez souvent que je masse les pieds de ma femme;
    Personnellement je pense que je ne serais pas à l’aise dans un tel lieu. Je n’aime pas ce qui peut être avilissant même par jeu. La plaisanterie oui

  9. Valéry K. Baran a écrit :

    Très intéressant, ton témoignage. Je suis toujours surprise par l’aspect à la fois dur que peut avoir le SM, et à la fois bon enfant…
    J’espère que ça t’a donné des idées.

  10. MissGinger a écrit :

    Je pense que je n’aurai pas été très à mon aise non plus ; tout comme toi, j’aurai du mal à me définir dans ce milieu. Et je ne suis pas sûre que j’irais goûter avec eux un jour… (ne jamais dire jamais.)
    Et sinon, les goûters de Clarissa, ils ont lieu où et quand ? J’aimerais beaucoup y participer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *