Le Cabaret décadent du Cirque électrique

50813573_2243321645883203_4530923577947455488_n    – Je suis en retard dans les chroniques de lectures promises, les récits de soirées ou événements divers que je souhaite graver dans le marbre (enfin, relater ici)… je vais devoir renoncer, ou écourter mes billets pour espérer les terminer ! –
    Je tenais absolument à dire un mot sur la Revue électrique n°69, le fabuleux spectacle du Cabaret décadent que j’ai adoré !
    J’ai pris des mauvaises photos, trop absorbée par les performances, je vous en livre quelques-unes quand même en souvenir, car hélas, le spectacle est terminé, mais le cabaret décadent devrait revenir l’année prochaine !

***
  IMG_2322  Le 29 mars dernier, après notre fantastique Goûter du divin marquis, nous avons filé vers le cirque électrique, pour assister à l’avant dernière du Cabaret décadent. – C’était limite pour avoir des places ! La prochaine fois, s’y prendre plus tôt pour moins stresser et y aller entre amis !  
    Il est trop tard pour nous attabler en bord de piste, tant pis pour le dîner romantique avec bougies et bons petits plats, mais nous avons encore le temps de prendre un cornet de frites avant le début. C’est un peu acrobatique de poser nos boissons en équilibre sur le banc étroit, mais cela permet de faire connaissance avec les voisins… IMG_2372
    Le spectacle commence !
    J’ai toujours aimé le cirque, et là, c’est mieux que jamais, nous sommes entraînés dans un show étourdissant ! L’ambiance est subversive, provocante, queer… je tombe sous le charme des artistes qui se déhanchent avec grâce, perchés sur leurs talons vertigineux.IMG_2368
    Les numéros s’enchaînent, poétiques, transgressifs, érotiques, plein d’humour souvent : jeunes filles évoluant sur des fils ou des trapèzes, jusque sous le chapiteau, jongleur époustouflant, artistes aux corps de rêve dansant autour d’une barre de pôle danse, s’envolant à l’aide de rubans… J’admire leurs acrobaties, leur façon de bouger, sensuellement, avec légèreté et force à la fois !
    Ils prennent des risques fous, sans filet. Je me dévisse le cou pour les voir, des frissons me parcourent des pieds à la tête, mon cœur fait des bonds et je broie la main de mon voisin, dur à cuire heureusement.
    Je contemple avec plaisir les corps parfaits des hommes, leurs tatouages, leurs muscles roulant sous l’effort, leur souplesse et leur grâce. Miam !
   
IMG_2388
    Un spectacle mené de main de maître par l’irrésistible Otomo de Manuel, qui nous présente les numéros avec brio et humour – Il nous a même fait croire que l’on pouvait gagner un bel acrobate pour une nuit ! – et sans cesser de nous inviter à vivre nos désirs en liberté.
    J’ai particulièrement apprécié la présence silencieuse et mystérieuse de Monsieur Poudre, tour à tour cendrier, chaise pour une belle dominatrice, porte-cintre… la touche sm du spectacle, esthétique et délicate.
    Le tout en musique, une musique parfaitement adaptée aux numéros, bien éloignée des flonflons habituels des cirques traditionnels !
    IMG_2355Trois heures passées en un éclair !
    Après un final de feu, nous sommes invités à danser sur la piste, mais bientôt l’heure du dernier métro sonne, nous devons quitter ce lieu enchanté. Brusque retombée sur terre après ce moment suspendu parmi les étoiles scintillantes !

     Pour en savoir plus :
    L’article de Paris Derrière : récit détaillé, et de belles photos pro
    Le cirque électrique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *