L’art d’écrire, de Pline le Jeune

Spéciale dédicace à mes amies auteures (je sais qu’il y a des garçons concernés aussi, mais j’accorde avec la majorité 😉)

Déjà, en l’an 100, l’enfer des corrections !
Pline Le Jeune écrit à l’un de ses étudiants :

« Tu pourras aussi remanier les discours que tu as laissés de côté, conserver un certain nombre de passages, en retrancher davantage, y ajouter des lignes, en récrire d’autres. C’est un travail pénible et fastidieux, mais fructueux de part sa difficulté même. Il faut en effet redonner à un discours toute sa chaleur, reprendre un élan brisé, greffer de nouveaux organes, si j’ose dire, sur un corps qui semblait achevé, sans gêner ceux qui sont en place ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse