La Traviata, de Verdi

Capture d'écran 2024-02-06 10
 
   Hier soir, je suis allée voir un opéra que j’aime beaucoup, tragique (forcément) : La Traviata.
   Le début célèbre la fête, l’ivresse, l’amour… je me suis sentie tout à fait concernée, jugez plutôt avec l’extrait ci-joint  
   J’ai découvert en Nadine Sierra une merveilleuse Violetta, magique, bouleversante… la plus belle voix qu’il m’ait été donné d’entendre de toute ma vie ! Elle nous a emmenés loin ! Et elle était très bien entourée d’un Alfredo touchant à souhait, son père très digne…
   Je suis moins convaincue en revanche par la mise en scène hardie qui a fait de Violetta une influenceuse à succès ^^ et que dire de la si belle déclaration d’Alfredo devant des poubelles ! Sans oublier le kebab et le tracteur un peu plus tard…
   Mon ami m’a dit :
   – ça change, la mise en scène en costumes d’époque, on l’a déjà vu cent mille fois !
   Mais parle pour toi ! Moi je n’y vais pas tous les jours à l’opéra, alors j’attends des froufrous !
   En conséquence, il ne restait que les voix sublimes, la musique, et elles suffisaient largement à me combler de bonheur et de larmes !
– Photo : extrait du livret, début de l’opéra. Il manque la réplique d’Alfredo à la fin (elle était sur la page suivante) : « Pour ceux qui ne connaissent pas encore l’amour »
   Des critiques semblent en phase avec moi : « Hélas, au même moment, la scénographie criarde et tape à l’œil, invite le public à lire, sur d’énormes écrans qui virevoltent, des messages de réseaux sociaux vulgaires et salaces. On entend des spectateurs s’esclaffer alors que dans la fosse s’élève la plus intime et profonde des musiques. Quel manque de respect envers l’œuvre ! Et, souvent dans la soirée, ce genre de vulgarité inutile et démagogue impose aux spectateurs une pénible distanciation. Comment lire la traduction du texte de Piave quand on voit sur grand écran, en scène, un défilé d’émojis et d’échanges insipides d’internautes ? Interférences lassantes sans parler des accessoires et accoutrements tapageurs et intempestifs qui détournent l’attention durant la soirée.  » (forumopera.com)

2 commentaires

  1. Clarissa a écrit :

    Bonjour Fattorius, oh ce devait être merveilleux ! Les choeurs sont fantastiques dans la Traviata… J’ai chanté dans une chorale dans une autre vie, mais nous chantions principalement des Requiem et des Stabat Mater ^^ j’aimerais bien chanter à nouveau…

  2. Fattorius a écrit :

    Bonjour Clarissa! Que de souvenirs – vous ne me rajeunissez pas: j’ai eu le bonheur de chanter cet opéra, comme choriste, à Avenches. C’était en 1997, avec des costumes en phase avec le temps de Violetta Valery (mise en scène de Flavio Trevisan). Bonne semaine à vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse