La Méchante Noce, samedi 16 septembre 2023

thumbnail_Screenshot_20230817-144428_Instagram

  Samedi, je me suis mariée ! Ce n’était pas vraiment prévu, mais que voulez-vous, le coup de foudre, l’emballement du moment… ce sont des choses qui arrivent !
  La Méchante noce, nous l’attendions avec impatience… mais je néglige l’essentiel : lire le descriptif de l’événement sur Facebook avant de me jeter tête baissée dans la mêlée ! (il faut dire que je connais bien l’un des organisateurs et ses soirées)
   Pourtant, je le conseille inlassablement à tous ceux qui m’écrivent et me demandent : « c’est où ? », « c’est à quelle heure ? », « il y a un dress code ? » , etc. : lire la présentation de la soirée (à quoi ça sert que les organisateurs se décarcassent à tout bien expliquer ^^)
   Finalement, je me décide à la lire l’avant-veille, au cas où la soirée nous réserve des surprises, et j’en découvre une, et de taille : nos épousailles sont annoncées avec Michelle Zinella, organisatrice en cheffe des fameuses et regrettées soirées « Soumissions Exquises », ou encore « les Zinellas » pour les habitués, mémorables entre toutes ! Joyeux luron, trouble-fête, provocateur rieur, chatouilleur… en un mot, irrésistible !
   Vite, pas de temps à perdre :
– je préviens l’intéressée (qui tombe des nues, mais se réjouit de ce mariage arrangé, ouf)
– publication des bans (sur Facebook)
– recrutement de l’homme de l’art (le cardinal, en grande tenue),
– rameuter le ban et l’arrière-ban….  ma douce fiancée s’engage à venir avec deux demoiselles d’honneur, et de mon côté, j’ai choisi mon témoin, my « partner in crimes ».

   J’arrive échevelée et le voile de travers de La Folle Nuit du divin marquis où j’ai fêté mon enterrement de jeune fille en grandes pompes et joué férocement. J’ai réussi à m’extirper avec la plus grande difficulté des lieux et des jeux … pour découvrir que ma fiancée n’est pas encore arrivée ! Et se fera longuement attendre (pour me servir ensuite des excuses douteuses : « c’est pas de ma faute, c’est à cause de… » (ça commence bien !)
   Je vis une première partie de soirée dans l’attente fébrile de ma promise, en profitant à fond de ma liberté bientôt compromise ! Enfin la voilà… En blanc virginal, toute pomponnée et palpitante, la mèche en bataille, chancelante sur ses hauts talons, et avec sa jarretière en dentelle blanche ceignant sa cuisse de nymphe. Je suis censée la cisailler de mes dents, mais dans mon émoi je n’ai réussi qu’à mordre la chair. Et puis la cérémonie proprement dite, dans la plus stricte intimité, émouvante de simplicité, au cœur de la chapelle ardente… Tant pis pour les sacrements et les bénédictions, le cardinal et les demoiselles de déshonneur restent introuvables malgré nos fouilles scrupuleuses (mais on a oublié l’espace fumeur, ayant beaucoup de vices, mais point celui-là) . A présent, voyage de noces en perspective – séparément, on est un couple moderne
   Allusions foireuses et blagues à part, on a beaucoup ri et on s’est bien amusées, j’ai passé une excellente soirée, bien joueuse et joyeuse ! Dans un lieu incroyable, tout un immeuble étroit du centre de Paris où l’on se perd dans tous les sens du terme : labyrinthe d’escaliers comme dans une figure impossible, nombreuses pièces cachées et recoins dissimulés propices aux jeux intimes, le tout dans une pénombre quasi totale – gare aux chutes…
   Et au milieu (plus ou moins, j’ai rapidement perdu le sens de l’orientation), un bar tout en longueur, sorte de « point central » où je suis sûre de retrouver des amis à tout moment. La musique est envoûtante, electro, techno soft, elle m’attire plusieurs fois au plus près de JB Flori, DJ bien aimé, avec d’autres amateurs, mais – et ce sera mon seul regret – la piste de danse est petite, impossible de vivre un « bain de foule techno ». Les jeux prennent le pas sur la danse, notre jeu de rôles avec Michelle Zinella nous comble au-delà de nos espérances !
   Au dernier étage, un espace chill plus vaste permet d’admirer des séances et des performances impromptues. J’ai eu la chance d’assister à la fin d’une belle séance de shibari, à d’intenses séances d’impact mêlant plaisir et souffrance, et à une séance de knife play impressionnante qui m’a donné des frissons des pieds à la tête – j’imagine les ressentis du soumis allongé quand il a vu la lame arriver directement sur son cœur à la vitesse de l’éclair !

  En attendant les photos de la soirée, un petit selfie vite fait, avant de convoler en justes noces…
 
20230919_110357

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse