La Master Squat and Fetish Partners, 3 septembre 2022

296030192_1961632550697346_2795538450471436263_n

    Hier soir, c’était la rentrée ! Pas celle avec les cartables et les cahiers neufs, celle des soirées !
    La Squat lance la saison avec une soirée hors norme : La Master Squat and Fetish Partners.
    La Squat a mis le paquet et nous offre un véritable feu d’artifice ! Elle s’est associée à plusieurs collectifs qui apportent chacun leur touche et leur énergie pour composer une ambiance variée, riche, décalée, sexuelle, surprenante et inspirante : bdsm, kinky, gay, lesbienne.
— Je mets la liste de tous les partenaires en bas de mon article avec le lien vers leurs pages Facebook 🙂

    J’arrive tôt et je retrouve avec joie quelques amis qui trépignent déjà. Les lieux sont à nous, et nous les visitons de fond en comble :
    – Dès que l’on passe l’entrée, un vestiaire permet de se métamorphoser, et un peu plus loin, un vaste fumoir extérieur a été installé.
    – Puis, nous traversons deux bars en enfilade où les premiers arrivants trinquent et se retrouvent… Deux espaces où l’on peut bavarder, se rencontrer… Mes amis ouvrent grand les yeux, quel lieu incroyable, kitch avec ses lustres et ses dorures au plafond, son tableau représentant Napoléon avec une croix de St André juste devant. Le plaisir des contrastes !
    – Et puis le dance floor, avec ses jeux de lumière, son estrade, et deux mezzanines qui offrent une vue plongeante sur les danseurs, et bientôt les shows. L’une des mezzanines est une dark room pour les filles, à l’initiative de Monts et merveille. Une amie me raconte qu’elles viennent d’animer un atelier sur le consentement entre filles dans les dark room, ça m’aurait beaucoup plu d’y participer ! Et de vous raconter…
    – À l’étage, deux donjons entièrement équipés par La Bananeraie (qui organise des soirées BDSM) et son célèbre Méchant Garçon, nous ouvrent leurs portes :
     Une première salle propose une sling, un pilori, une croix de st André, un banc à fessée, une chaise hérissée de capsules de bouteille… Tous ces équipements seront bientôt pris d’assaut dans un joyeux désordre !
      Une second salle offre une cage, une table de massage… Elle dispose d’un canapé, et je commence la soirée comme j’aime bien le faire : en me faisant agréablement masser les pieds, tout en devisant gaiement avec mon voisin ; une façon de me plonger dans l’ambiance peu à peu. Je quitte le monde réel et raisonnable pour rejoindre un monde onirique de fantasmes et de perversions ! Bientôt, mille idées et tentations se bousculent dans mes pensées…

    Je n’ai rien pris avec moi, voulant garder les mains libres pour danser, mais ça tombe bien, le soumis qui m’accompagne porte à sa ceinture tout ce qu’il faut pour s’amuser, et notamment un martinet aux longues lanières de cuir. Je lui demande de s’appuyer sur la table de massage, et que la fête commence ! Après deux mois de sagesse, que dis-je, de sainteté 😉 qu’il est bon de s’amuser et de se défouler de toute cette frustration accumulée !
    Mais je ne tiens pas en place, j’ai des fourmis dans les jambes, j’ai envie de danser, de retrouver des amis… et je ne tarde pas à l’entraîner vers la piste de danse, et les bars. — L’occasion d’une très intéressante discussion avec une amie dominatrice, avec une proposition alléchante à la clef, j’en reparlerai !

     Des shows se succèdent sur l’estrade :

     Les Goûters du divin marquis ouvrent le bal et plongent directement les fêtards dans l’atmosphère BDSM pure et dure ! Je ne perds pas une miette du spectacle, accoudée à la balustrade de la mezzanine, entre des amis. Deux dominatrices aguerries nous offrent une véritable chorégraphie de supplices variés, à la plus grande joie des quatre soumis qui se sont remis entre leurs mains expertes : ils sont tour à tour fouettés, fessés. L’un d’eux se fait prendre au gode ceinture – très beau duo en rythme avec la musique. Les soumis sont ensuite couverts d’une lotion de protection, de la mousse est déposée sur leurs reins ou leurs ventres et enflammée. Les voilà en feu tous les quatre ! Des bougies sont allumées, la cire chaude se déverse sur leurs corps. L’un des soumis au crane rasé en reçoit sur sa tête, ses épaules…  
    Une séance intense ! Les dominatrices dansent autour des soumis et ne leur laissent pas une minute de répit.
    Je pousse du coude mon soumis :
    — La prochaine fois, je dépose ta candidature !
Léa Montravers

    Plus tard, Léa Montravers, alias Mère dragon apparaît, superbe avec sa caquettes à pointe d’inspiration soviétique et ses lunettes de soleil. Elle déchire !
    Elle commence par projeter sur la foule des gerbes d’étincelles, avant de faire claquer son fouet en flamme. Nous nous enflammons à sa suite, subjugués ! Elle crache le feu magnifiquement. Je sens le souffle chaud sur mon visage. Elle évolue ensuite sur la barre de pôle dance, acrobate et danseuse à la fois, perchée sur des bottines vertigineuses. Légère, aérienne, divinement belle et sexy.
    Accoudée à l’autre mezzanine, celle de la dark room des filles et entourée de mes « sœurs », je profite du spectacle et m’émerveille. Les arts du cirque fetish, j’adore !
    Léa Montravers reviendra en fin de soirée, pour un superbe show où elle se couvre de bougies, lance des flammes, et évolue sur la barre de pôle dance, défiant les lois de la pesanteur. Je pourrais la regarder des heures !

    La soirée Hell’OKinky prend les commandes ; le son monte d’un cran, le rythme s’accélère, tandis qu’une jolie Hello Kitty bâillonnée se fait encordée sur l’estrade. J’ai aimé ce contraste entre l’aspect presque méditatif et concentré de cette séance de shibari, et la musique technno qui se déchaîne ! Une distribution de préservatifs est lancée sur toute la piste de danse – histoire de nous dire que le temps passe, et qu’il est temps de passer à l’action 😉 ?

    J’ai adoré ces moments où j’ai regardé les shows de près, entourée d’amis…
    Je n’ai pas oublié de danser, profitant même des bras d’un géant qui m’offre un point de vue imprenable sur la foule mouvante des danseurs. – J’espère que son dos va bien ce matin !
    Dans les donjons, c’est l’effervescence : les pratiques BDSM côtoient les ébats torrides : la croix de St André sert aussi bien aux dominatrices pour flageller leurs soumis, qu’à des étreintes viriles. Le banc à fessées remplit bien son office, des fessées sont appliquées, et puis des corps s’emboîtent…. à mesure que le temps passe, la luminosité dans les deux donjons diminue. Ils deviennent des dark rooms, avec des recoins propices aux abandons, en toute discrétion.
    Je m’y promène régulièrement, m’emplissant de visions de scènes troublantes à demi entrevues dans l’obscurité, avant de me faire happer au passage…
    Déjà 6h, les donjons vont fermer, et le démontage commencer. Tout le monde est invité à rejoindre la piste de danse où la fête continue.
    La soirée a passé trop vite, je me suis éparpillée en tentant de vouloir tout vivre, courant ici ou là pour ne rien rater, revoir tout le monde, danser, ne rater aucun show, profiter des installations BDSM…

    En tout cas, la Squat a réussi son pari : réunir l’univers techno et l’univers BDSM, les univers LGBT, gay, hétéro, libertins… des mondes souvent cloisonnés, et les inviter à se mélanger, se nourrir les uns des autres, et communier tous ensemble, quelque soit les orientations… Tous réunis par notre goût de la fête, du son, et du « bizarre » !
    Un projet inspiré des soirées berlinoises, décadentes à souhait, inclusives et bienveillantes. Trop bien que la Squat leur emboîte le pas pour créer l’équivalent parisien !

2022-09-03 21
    Pour en savoir plus sur la Squat :
    La Page Facebook
    La decription de la soirée :

    Master Squat and Fetish Partners, nouveau format XXL (comme tu les aimes) : l’équipe de SQUAT convie l’ensemble de la communauté BDSM, fétichiste, latex, libertin.e, LGBTQIA+, libertaire & technos lovers.

    Squat One Year Anniversary and more : playrooms, performers, danse, amusements et libertaire. Une Master Squat où tout un chacun pourra se sentir autoritaire ou soumis, passionné, dévoué, épanoui, regardé et envié, enjoué, désiré ou jalousé, et toujours avec respect. Avec nos partenaires de jeux comme Les Goûters du Divin Marquis, Hell O Kinky, Léa Montravers notre démente Mère Dragon, Monts et Merveilles, Freedmen et même la big team ADULT !

    Pour le gâteau ? On te concocte une recette à base de meuble de donjon, croix de Saint-André, soumis en manque, manipulateur de fouet, dompteur de Puppies, cage de dressage, 3 playrooms, recoins intimistes, playrooms, performances, folie et libertinage. Autant te dire qu’on va se régaler !

_______________________________________________________
PARTNERS /

MÈRE DRAGON – Léa Montravers
Artiste Internationale basée à Paris pour performance : pyrotechniques, artiste de feu, pole dance, striptease, fétiche et partenaire BDSM… T’es sûr que tu vas résister ?

LES GOÛTERS DU DIVIN MARQUIS
Rendez-vous hebdomadaire, depuis de nombreuses années, qui réunit sous un même toit la communauté BDSM fétichiste dans un lieu où tous les plaisirs SM et libertins sont permis… à partager ou pas !

HELL O KINKY
Soirée parisienne sexy fetish, kinky, décadente, open mind LGBT, inspirée du Kitkat Club de Berlin, où toutes les communautés sont les bienvenues.

ADULT
La soirée ADULT que forme le duo « Emmanuel Caurel/ Julien Lapierre” & Benjamin Agoyer est un rendez-vous itinérant fixé une fois par mois dans divers lieux. Lieux oscillant de la dark room du Dépôt à l’open space du Nouveau Casino ou à plus grande échelle au Faust. Elle accueille les plus déjantés voulant s’adonner aux plaisirs des nuits les plus chaudes : Hard, Sport & Musique distillée dans des rythmes saccadés. ADULT couvre une scène musicale, zéro contrainte ( on peut y venir nu, accessoirisé, habillé ) pour un plaisir maximal ! ENTRE ADULTS ONLY !

FREEDMEN
Association multi-fetish d’hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (HSH). Elle a pour vocation de créer des évènements conviviaux basés sur les tenues et les pratiques fétichistes. Les adeptes du cuir, du latex, du sportswear, des tenues de chantier, des tenues militaires, du lycra, et toutes autres sortes de fétichistes composent cette association qui comporte une centaine d’adhérents.
Nous organisons des apéros, des soirées thématiques, des Fetish-Camp, des pique-niques etc. afin que nos membres puissent se retrouver et s’amuser.

MONTS ET MERVEILLES
Communauté lesbienne qui organise des soirées dans des lieux safe avec beaucoup de bienveillance. À chaque rendez-vous c’est l’occasion de mieux découvrir l’autre et soi-même à travers des jeux pour connaissance. On rit, on fait l’amour, on danse.
DEYBO DEYBO
La maîtresse de maison de la SQUAT. Ne te fie pas à son sourire malicieux, il dissimule une main de fer dans un gant de velours… Sauras-tu résister à la tentation de lui obéir ?
Et si tu penses la connaître, c’est que tu es passé entre ses mains expertes lors des Goûters du Divin Marquis…

CLARISSA RIVIERE
Clarissa Rivière écrit des nouvelles érotiques, publiées notamment dans des recueils collectifs à La Musardine. Elle a également écrit un roman, Immersion, qui raconte une relation entre une dominatrice et son soumis.
Elle adore faire la fête, elle participe souvent à des soirées fetish, et confie ses impressions sur son blog, « Les Goûters de Clarissa », https://www.clarissariviere.com, où elle évoque aussi ses fantasmes, ses lectures, et invente des histoires.

    – Photo : un petit selfie vite fait avant de partir… pas de photos à la Squat, et c’est mieux je pense 😉

2 commentaires

  1. Clarissa a écrit :

    Merci Pierre pour ce retour ! Il ne faut pas hésiter à venir la prochaine fois

  2. Pierre a écrit :

    Chère Clarissa, magnifique description de cette soirée. Le soumis que je suis parfois, s’abandonnerait bien aux jeux bdsm. Je vous embrasser

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse