La Fetish Week, récit fantasmé (1/3)

Screenshot_20231020_091046_Chrome

   Tout est parti de ma nomination en tant qu’ambassadrice de la Fetish Week. J’étais ravie et très fière ! Tout en me demandant comment j’allais pouvoir participer à l’événement, ne sachant rien faire (tous les autres ambassadeurs et ambassadrices sont renommés et ont une ou plusieurs cordes à leur arc : performeuse, organisatrice de soirée, dominatrice, modèle latex, shibariste… )
   Et là, Dèmonia me propose :
   – Ecrivez-nous une histoire ! Une histoire qui se déroule lors de la Fetish Week…

   Voici donc un feuilleton haletant en trois épisodes, un par jour de la Fetish Week… un docul-fiction en quelque sorte 😉
   – Toute ressemblance n’est évidemment pas pure coïncidence ^^

   Jeudi 26 octobre

   Solène prend son courage à deux mains et entre dans la Bellevilloise. Depuis le temps qu’elle se renseigne sur le milieu BDSM, écumant les réseaux sociaux, les sites, sans oser se lancer pour de bon… Elle a bondi de joie en découvrant l’annonce de la Fetish Week : un salon pour les passionnés et les curieux, deux journées consacrées au BDSM, où rencontrer des artisans, des performers, des organisateurs d’événements… Une entrée en matière idéale !
    Elle ouvre de grands yeux en arrivant : une immense salle accueille des stands et bruisse de mille conversations. Il n’est pas encore midi, mais tout le monde a joué le jeu et s’est paré de ses plus beaux atours fetish. Solène se félicite d’avoir choisi une petite robe noire, au lieu d’un de ses sempiternels jeans. Elle prend le temps de visiter chaque stand, n’osant s’approcher trop près des artisans de crainte de devoir bavarder. Regarder suffit à son bonheur ! La boutique Dèmonia propose un stand elle aussi, avec de nombreuses tenues et accessoires. Les étourdis qui n’ont rien prévu pour les trois soirées prévues s’y pressent. Solène se promet de repasser, juste pour le plaisir. Elle admire de loin des fouets, de beaux martinets alignés sur un stand, frémit devant des griffes de métal acéré. Des jeunes femmes tendent leurs bras au vendeur, il les caresse de ses griffes d’argent, elles poussent des petits cris et rient. Solène aimerait bien goûter ces sensations elle aussi, mais elle n’ose pas. 

   Elle remarque l’espace librairie de La Musardine, un peu plus loin. Les livres, c’est toute sa vie ! Les aventures des timides… Elle s’attarde devant le stand, amusée de reconnaître la plupart des noms d’auteurs, depuis le temps qu’elle se documente sur le BDSM.
   — Je peux vous aider ?
   Solène sursaute et se tourne vers l’autrice en dédicace. Clara River. Ce nom lui dit vaguement quelque chose… ah oui, une blogueuse qui raconte des soirées ! Sa timidité s’envole comme par magie, elle a l’impression qu’elles se connaissent déjà un peu.
   — Bonjour, je vous suis sur les réseaux ! Vous écrivez, et vous êtes aussi dominatrice dans la vraie vie, c’est ça ?
   — Oui… même si pour moi ce n’est pas tout à fait «la vraie vie», mais plutôt une autre dimension qui s’ouvre quand j’enfile une robe fetish… je switche à l’occasion aussi, même si je préfère dominer les hommes… et je rêve de jouer avec une fille aussi !
   Clara se mord les lèves, qu’est-ce qui lui a pris de raconter tout ça à cette jeune fille qui n’en demandait pas tant.
   Solène regarde ses souliers, le feu aux joues. Elle balbutie.
   — Oh, avec des filles aussi… De mon côté, je trouve les hommes dominants trop brusques à mon goût, d’après ce que j’ai vu sur des sites en tout cas, je rêverais de débuter entre les mains d’une dominatrice…
   Clara sent son cœur battre plus vite. Solène serait-elle la petite soumise débutante qu’elle appelle de tous ces vœux ? Depuis le temps qu’elle rêve d’initier une jeune fille… C’est peut-être un peu rapide comme approche, mais elle n’hésite pas, elle sait qu’elle le regretterait.
  — Aimerais-tu que je sois ta maîtresse le temps de la Fetish Week, ton guide dans cet univers ? Cela me plairait beaucoup…
  — Oh oui !
  — Oui madame, relève Clara en fronçant les sourcils.
  Autant démarrer le jeu tout de suite ! Les yeux de Solène brillent de joie, elle sourit en répétant un «oui madame» bien appuyé. Clara prend de l’assurance. Elle ne pensait pas que Solène accepterait si vite sa proposition, elle semble si réservée. Elle s’en veut un peu de s’être jetée ainsi sur elle, mais c’est plus fort qu’elle, un vrai coup de foudre BDSM ! Et cette jeune fille se révèle aventureuse finalement… Pas évident de se remettre entre les mains d’une inconnue avec qui on a seulement échangé quelques mots.  Alors autant battre le fer tant qu’il est chaud ! Clara fouille son sac et lui tend un papier.
  — Tiens, c’est pour toi, une place pour la Nuit Dèmonia, tu m’accompagneras. Tu es libre j’espère ?
  Solène reste sans voix en contemplant le billet. Clara enchaîne sans lui laisser le temps de réfléchir, de peur qu’elle ne se défile.
  — C’est vraiment une soirée à ne pas manquer, tu ne peux refuser. Je suis déjà accompagnée d’un soumis, mais il comprendra !
  Enfin, un «soumis», c’est beaucoup dire, plutôt un trublion, un joueur, partner in crimes à la moindre occasion ! Switch aussi, à ses heures.
  — Mais la Nuit Dèmonia est complète, proteste Solène, je ne peux pas accepter…
  — Il est dégourdi, ne t’inquiète pas pour lui… Il se débrouillera pour acheter un autre billet, il y a toujours des reventes à a dernière minute. Revenons à nous ! Je termine ma séance de dédicaces dans deux heures, nous prendrons un verre afin de faire connaissance…
  — Moi je vous connais déjà un peu madame, je vous suis sur les réseaux sociaux !
  — Tu as une longueur d’avance sur moi alors, vu toutes les bêtises que je raconte… pour ma part, il me faut te connaître un peu… en attendant, tu ne participes pas à un atelier ?
  — Non madame, je n’ai pas osé m’inscrire.
  Clara fait les gros yeux.
  — Il faut toujours oser ! On regrette sinon, crois-moi… la plupart sont complets je crois, mais il y a peut-être des désistements de dernière minute, je t’invite à aller voir les intervenants, ils doivent déjà être dans leurs salles, et plaider ta cause !
  — Cela m’intimide un peu…
  — Prends-le comme une première épreuve ! Tu me raconteras… Tu as prévu de revenir demain ?
   — Oui !
   — Je nous inscris toutes les deux à un atelier, tu me fais confiance ? Je ferai de mon mieux, certains sont complets depuis des semaines !
   — Oui madame
  — Très bien, reviens vers moi dans 2h, ici.

   Clara a bien du mal à se concentrer durant le temps de sa dédicace, ses pensées se tournent souvent vers Solène. Des défis, des jeux, des épreuves naissent dans sa tête et tournent à une allure folle. Elles vont s’amuser ! Mais peut-être Solène s’est-elle enfuie, effrayée, soumise à trop de pression ? Ah non, la voilà qui revient… Le cœur de Clara se gonfle de joie.
  — Alors, à quel atelier as-tu assisté ?
  — Aucun madame !
  — Comment cela ? Explique-toi !
  — J’ai commencé à regarder les performances, et je n’ai plus quitté la scène des yeux : j’ai vu des séances d’aiguille, de fouet, de cordes… Je me suis dit que ce serait une meilleure introduction au BDSM pour moi qui ne connaît rien, qu’un atelier où je n’aurais vu qu’une seule pratique !
— Mouais, tu te cherches des excuses là ! Je ne t’en veux pas, car tu as vu des performances extraordinaires, avec les meilleurs experts dans leurs domaines… j’ai regardé moi aussi, de loin ! Viens, avant d’aller prendre un verre, on va faire le tour des artisans. Tu as déjà une tenue qui conviendrait pour la Nuit Dèmonia ?
  — Oui Madame, une robe courte en vinyle… je ne l’ai pas mise aujourd’hui, je ne savais pas trop comment seraient les autres…
   — Sexy j’espère, il ne faut pas hésiter ! Tu as prévu un collier ?
   — Heu, non…
   — L’accessoire essentiel pour indiquer ton statut de soumise, si tu as envie d’approcher des dominants… ou des dominantes ! ou d’être approchée…
   — Je préfèrerais rester avec vous tout le temps madame, si c’est possible, pour cette première fois !
  Clara soupire, écartelée entre son envie de jouer les chaperons, et son envie de liberté, de déambuler seule dans la soirée. On verra bien !
  — Il te faut néanmoins un collier… viens !

   Elles font le tour des artisans qui présentent leurs belles collections de martinets en cuir, fouets, paddles… Clara est attirée par un mince collier de cuir, avec un anneau d’argent. Elle connaît un peu l’artisan et son travail, elle admire souvent ses créations sur les réseaux.
  — Bonjour, est-ce que l’on peut essayer ce collier ?
   — Bien sûr, tiens !
   Clara l’attache autour du cou gracile de sa protégée, s’amusant à le serrer au plus juste, afin que Solène le sente bien autour de son cou. Elle en profite pour relever ses cheveux en une queue de cheval ; elle a toujours des élastiques qui traînent dans son sac. Solène commence sa métamorphose. L’artisan lui présente un grand miroir et la jeune fille se regarde, stupéfaite. Paradoxalement, elle semble plus sûre d’elle, plus sereine avec ce collier. Elle a trouvé sa place et sourit ; c’est bon de réaliser enfin ses fantasmes !
  Clara renonce à la laisse, c’est assez pour le moment. Et elle préfère la prendre par la main, ou l’enchaîner à elle via des menottes. Elle prévoira une ceinture qui deviendra une laisse au besoin.
  — Il te va bien ce collier, il te plait ?
  Solène hoche la tête, incapable de parler.
  — Je le prends, fait Clara en réglant le vendeur. Non, on n’a pas besoin de sac, c’est pour porter tout de suite. !
   Solène s’inquiète.
   — Tout à l’heure aussi madame, dans le métro ?
   — Oui ! Je n’ai jamais dit qu’être ma soumise serait facile… Tu ne l’enlèveras que le temps de te doucher, avant de le remettre ensuite, et le garder, y compris la nuit, pour te rappeler en permanence que tu m’appartiens le temps de la Fetish Week. Si tu le veux bien, évidemment. La clef d’une relation BDSM épanouie, c’est le consentement.
  Solène opine, ravie.
  — D’accord, madame !
   Clara sourit, réjouie de cette petite nouvelle tombée du ciel directement entre ses douces mains. Ses griffes aussi ! Elle va en prendre soin et l’initier à ses pratiques préférées.
   — Agenouille-toi et baise-moi la main !
   — Là madame ? Devant tout le monde ?
   — Oui, mais ne t’inquiète pas, on est entre nous à la Fetish Week, il n’y a ici que des amatrices et des amateurs de BDSM, personne ne s’étonnera.
   Solène s’exécute maladroitement.
  — C’est bien ! Et maintenant, scellons notre entente autour d’un verre, au bar sous la mezzanine.
  Elles bavardent toutes les deux jusqu’à la fermeture. Il n’y a plus de dominatrice ni de soumise, mais deux amies passionnées de BDSM, qui échangent sur leurs lectures et leurs goûts. Clara sous-estimait Solène ! Débutante certes, mais plus très innocente, déjà bien pervertie par ses lectures et ses fantasmes, et connaissant sur le bout des doigts l’éventail des pratiques. En théorie.
  Clara se lève à regret ; elle doit se préparer pour l’Opening party, la soirée qui fête le lancement de la Fetish Week, tous ses amis ont prévu d’y aller ! Elle est sur le point de proposer à Solène de venir, avant de se reprendre. Elle ne veut pas passer pour une prédatrice pressée et risquer d’effaroucher sa jolie proie. La Nuit Dèmonia, ce sera parfait déjà !

à suivre…

      Billetterie et infos
   le site de la Fetish Week
   Instagram

Programme du premier jour en images :
Opening party Visuel
Programme 26 Octobre

2 commentaires

  1. Clarissa a écrit :

    Merci beaucoup !

  2. HowardWotton a écrit :

    Félicitations. Vivement la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse