La Férule, un site BDSM artistique

thumbnail_Rideau oeil couleurs

    Madame Lule est une dominatrice raffinée, espiègle et expérimentée. Elle a créé La Férule, un site qui lui ressemble, une fenêtre vers son univers artistique et érotique. Elle y propose des textes érotiques, des photos, des captures audio, des défis délicieusement pervers…

    La Férule va bientôt souffler sa première bougie ! L’occasion pour moi de rencontrer Madame Lule et d’en savoir plus.

    Madame Lule a réfléchi pendant un an avant de se lancer et s’est soigneusement préparée. Elle a choisi de créer sa propre plateforme pour diffuser et partager ses créations, afin de garder son indépendance. Ainsi, elle ne risque pas de souffrir d’une quelconque censure qui frappe parfois sur les réseaux sociaux et les plateformes de type OnlyFans, allant jusqu’à supprimer les comptes et toutes les publications des « contrevenantes » ! Disposer d’un espace bien à elle pour faire ce qu’elle veut s’est imposé comme une évidence. (Je comprends très bien, j’aime tenir un blog dans lequel je me sens libre — ou presque, car hélas, Facebook m’a à l’œil quand je partage mes articles !)

    Madame Lule a imaginé ce site pour les soumis et les amateurs de contenus BDSM de qualité. La Férule lui permet aussi de garder un lien avec les soumis qui ont vécu une séance de domination avec elle. Ils ont souvent envie de mieux la connaître, de rester en contact d’une manière ou d’une autre et de la suivre. Madame Lule n’a pas le temps de se consacrer à chacun individuellement, mais à travers ses publications, ses plus fidèles s’attachent à ses pas. Pour les soumis les plus timides, avant même qu’ils n’osent prendre rendez-vous, La Ferule offre une entrée en douceur dans le monde du BDSM, moins impressionnante en virtuel que dans la vie réelle, et leur permet de découvrir leur future dominatrice.
    La Férule répond également à un autre objectif, plus personnel. C’est une sorte de « mémoire », où Madame Lule peut puiser l’inspiration pour préparer de futures séances ou réaliser d’autres créations. La Férule joue aussi le rôle de vitrine et de tremplin pour mettre en valeur ses créations.
thumbnail_Arth cage2

    C’est d’abord un site artistique sur le BDSM, un espace de partage de ses créations artistiques.
   Volontairement, vous n’y trouverez pas de manuel du parfait soumis, ni de guide d’apprentissage de la domination… Cela existe déjà ailleurs. Son originalité et sa nouveauté consistent à proposer des contenus artistiques de qualité, régulièrement mis à jour, ce qui impose une grande discipline et beaucoup de travail à sa propriétaire. Madame Lule n’a pas l’intention non plus d’y proposer des séances de domination virtuelle.
   Qui dit « artistique » ne veut pas forcément dire « érotisme soft » : certains textes sont très explicites ! Madame Lule cherchera toujours à susciter un plaisir cérébral, des émotions, sans jamais se montrer trash. Si des hommes cherchent des photos ou des textes pour se masturber, ils n’ont pas leur place sur son site ! Elle cherche à les toucher différemment, à provoquer leur trouble, leur désir…
    Dans sa pratique de la domination, Madame Lule aime avant tout les jeux de rôle, la prise de contrôle, les constructions cérébrales. Bien sûr, l’emprise physique compte aussi, avec ses jeux d’impact, mais Madame Lule n’éprouvera du plaisir à dominer que s’il y a une connexion, un échange avec son soumis. La génitalité, le sexe proprement dit n’est pas systématique, ni le but ultime, et passe de toutes façons après le côté cérébral, primordial dans le BDSM. On retrouve son style, cette ambiance qu’elle affectionne à chaque page de La Férule.

thumbnail_Bergamote carte jeu assise

    Je me suis promenée avec plaisir dans les différentes rubriques de La Férule, appréciant son apparence élégante, « léchée » jusque dans les moindres détails.
    – J’ai particulièrement aimé le principe du Malendrier : des épreuves, poétiques ou drôles pour tous les jours de l’année. Par exemple : « En cette sainte Rose, achetez une rose que vous garderez à même la peau, au plus près de votre cœur ou de votre sexe. Des égratignures signeront le total succès de votre mission ».
    – J’ai beaucoup aimé aussi ses photos accompagnées de textes légers, impertinents, plein d’humour et de poésie. Des shootings thématiques souvent, avec un photographe professionnel. Ainsi, il est prévu une série sur le thème « dames aristocrates avec leurs majordomes »).
    – Des textes plus longs sont proposés, toujours bien écrits, d’une plume élégante, toujours imaginative.
    – Ce que j’ai préféré, ce sont ses montages sonores, qui nous immergent dans l’ambiance d’une séance. Il est troublant d’entendre la voix voilée de Madame susurrer ses ordres d’une voix douce et cruelle à la fois, où pointe toujours un zeste d’ironie, ou commenter l’attitude de son soumis, qui gémit de la plus troublante des façons… Une mélodie de piano accompagne en sourdine ces enregistrements, le claquement des talons parfois ; des bijoux à écouter dans le silence de la nuit ! Ambiance feutrée et sadique, une séance comme si on y était ! Quelques extraits à écouter ici.

    La férule se veut un espace d’expérimentations : un « laboratoire », destiné à évoluer avec ses envies et ses pratiques, un site au long cours qui s’inscrit dans la durée, mais Madame Lule ne s’interdit pas de l’adapter au fil du temps, selon ses désirs et ses découvertes.

    Après cette première année d’existence, La Férule souhaite aujourd’hui s’ouvrir au-delà du cercle des fidèles soumis, et élargir son audience à toute personne s’intéressant à l’univers BDSM et aux créations artistiques.

    Pour en savoir plus sur La Férule
thumbnail_lule mars web-83
    Vous pouvez l’explorer à travers de nombreux extraits et vous abonner : laferule.com
    Egalement disponible sur le site : L’Emanuscule, Parcours intimes de soumission (chapitres thématiques – patience, dévotion, gratitude… –  avec des anecdotes, des défis et des tâches à faire, pour jouer seul ou à deux)
    En projet pour cette année : Brèves de Maîtresse, un ouvrage de textes courts et des créations d’audios longs et encore plus troublants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse