Fable

Elle rêvait de caresses et de câlins à l’infini
– Elle se choisit un mari, mais au fil du temps, le train train quotidien sonna le glas des moments tendres. 
– Elle eut des enfants, heureuse de les embrasser et les câliner tout son saoul, sans retenir ses élans. Mais au bout de quelques années, ils gigotèrent, se dérobèrent. Ils avaient grandi !
– Elle tenta le libertinage, pour retrouver le plaisir et la fièvre des débuts. Des inconnus n’auraient pas le temps de se lasser comme un mari ! Mais ils ne pensaient qu’à baiser et montraient peu de goût pour les préliminaires.
– Elle s’intéressa au BDSM : un soumis, ça fait tout ce que veut la dominatrice, c’est bien l’idée ? Elle allait les couvrir de baisers ! Mais il se laissaient faire d’assez mauvaise grâce, cherchant surtout des coups de fouet ou des humiliations.

Elle adopta un chien, et fut comblée, enfin.
– Elle cessa de bouder et de harceler son mari ; il respira, libéré de ses oppressants enlacements.
– Elle accepta de laisser ses bébés voler de leurs propres ailes, loin de son étouffante tendresse. Elle apprit à les connaître au passage, c’était chouette aussi les ados finalement.
– Elle prit les amants pour ce qu’ils étaient : des bêtes de sexe, et c’était bon aussi.
– Elle n’exigea plus l’impossible des soumis, ils étaient là pour s’amuser et elle aussi !

 Moralité : il ne sert à rien d’embêter son prochain, la solution est ailleurs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse