Expérience immersive

La-Reine-des-Neiges-par-Su-Blackwell
   Il est une expérience incroyable : voyager sans bouger d’un bout à l’autre du globe ou du cosmos, vivre des aventures sans danger, s’évader de la morosité ambiante, ressentir plein d’émotions, du désir, se laisser envahir par des images flamboyantes qui naissent spontanément dans nos pensées, et se retrouver dans des décors inconnus, magiques, futuristes…
   Je ne pense pas à des champignons hallucinogènes, ni au LSD (même si ça a l’air sympa !), mais à la lecture !
   La plupart des livres, avec plus ou moins d’intensité selon l’histoire, me plongent dans un autre monde, au point de me faire oublier la réalité qui m’entoure, le temps, le lieu où je me trouve… j’oublie tout en fait, il ne reste que l’histoire où je m’enfonce jusqu’au cou. Il n’est pas nécessaire que l’écriture soit sublime — mais je sais que certains lecteurs ne jurent que par le style —, j’aime lire un peu de tout, Harry Potter ou Balzac, Houellebecq ou Asimov… tous les genres, tous les styles, toutes les époques… Il m’arrive d’aimer des auteurs uniquement pour leur style, l’histoire est secondaire, inexistante ou minimaliste (Annie Ernaud par exemple), mais je préfère quand même quand il y a une histoire palpitante, des héros attachants, des lieux enchanteurs… Évidemment quand le style et l’histoire sont au rendez-vous, cela donne Le Seigneur des anneaux, l’acmé de tous les lecteurs ! À condition d’aimer la Fantasy.
La passe miroir  
   En ce moment, je lis l’un de ces livres magiques que j’adore ! J’en ai déjà parlé sur les réseaux sociaux, il s’agit de la saga La passe-miroir de Christelle Dabos, soit-disant jeunesse, mais que celui qui n’a jamais lu un livre jeunesse tout en étant adulte me jette la première pierre 😉 — Seul petit reproche : les emprunts fait aux codes de la romance : l’héroïne est maladroite, timide, myope (j’en peux plus des maladroites et des timides à lunettes, rires), et le héros ténébreux, sombre et taiseux, forcément, avec une blessure, mais sûrement un cœur d’or bien enfoui qui devrait se révéler peu à peu, et que seuls les lecteurs devinent pour l’instant. L’héroïne reste butée et têtue, bien que très intelligente par ailleurs (ne me spoilez pas ! je n’en suis qu’au début du tome 2)… Mais je pardonne tout à l’auteure, tant l’histoire, le décor, la magie du monde qu’elle a inventé, sont fantastiques ! —
   Dès que je l’ouvre, à peine mes yeux se posent sur la première phrase, me voilà aspirée d’emblée dans un univers merveilleux. Un film se forme tout seul dans ma tête, les personnages prennent vie, je m’incarne en eux. J’oublie que je lis, je suis devenue l’héroïne, j’évolue dans un décor qui se dessine au fur et à mesure que j’avance… Je me retrouve immergée dans une réalité virtuelle infiniment plus convaincante que celle des jeux vidéo même avec des lunettes 3D, car aucun ordinateur ne vaut nos cerveaux pour l’instant, quand il s’agit de susciter des images et de nous y attirer. C’est une sensation proche du rêve ! Quand on rêve, on voit plein d’images, on est plongés dans « un film », une réalité onirique à laquelle on croit… La lecture génère des rêves en pleine conscience, des rêves dirigés par l’auteur qui a écrit l’histoire… Je n’arrive pas à bien expliquer ce phénomène magique, mais je le vis, comme tous les lecteurs du monde, et c’est ce qui nous rend accro, car on en retire beaucoup de plaisir. Se rajoute à cela le suspense, l’envie de savoir ce qui va arriver à l’héroïne qui se fourre toujours dans un pétrin terrible…
   Entre le plaisir de « vivre » l’histoire, la curiosité de connaître la suite, un livre peut devenir comme une drogue ! Celui-là, j’ai envie de le reprendre à la moindre occasion, je lis tard, je savoure chaque mot. Et je sais qu’à la fin, je serai en manque !
   Il faut que je sois dans le silence pour que la magie opère, ou que les bruits soient réguliers (roulement du train, respiration de mon voisin…), mais si l’on m’adresse la parole, le charme est rompu. Gare à celui qui me sort de ma transe, m’arrache de mon livre avec une question anodine, j’ai des envies de meurtres ! On m’extirpe d’une vie passionnante, je retrouve la banalité ordinaire de mon environnement, de ma chambre… Je n’ai qu’une hâte, retourner sur ce monde glacé impitoyable, où les querelles de familles sont dignes des Princes d’Ambre, et où je retrouve un peu l’ambiance hivernale que j’ai tant aimé dans Chasseuse de cristaux, de Julie Derussy, ou encore Les royaumes du nord de Philipp Pullman, également pour la jeunesse d’ailleurs. (J’aime les récits enneigés et épiques !)

   Photo : sculpture de Su Blackwell, La reine des neiges

2 commentaires

  1. Clarissa a écrit :

    J’aime bien cette citation ! Et même des vies qui ne pourraient exister, avec le fantastique et la science-fiction…

  2. Harmoniedescorps a écrit :

    Totalement d’accord. D’ailleurs quelqu’un a dit que les personnes qui ne lisent pas n’était pas chanceuses, car il leur est impossible de vivre plusieurs vies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de l’auteur

Blogueuse