Enfer et damnation – Chap.1 La Rencontre

TheSinnersLogo (9 sur 182)

   Amis et partenaires de jeux, nous avons eu envie avec Crimson Flames d’écrire une histoire infernale, en découvrant les photos de la Sinners Fetish Party. Une histoire pour s’amuser avant tout, en transposant l’univers du BDSM en enfer.
  Le pitch :
  Valentin, fraîchement arrivé en enfer, est sévèrement pris en main par Luciférine, démone ambitieuse. Elle va s’efforcer de lui faire avouer ses péchés afin de le punir comme il le mérite.
   — Comme il se doit, Crimson s’est glissé dans la peau de Valentin, le pauvre pêcheur condamné aux tourments éternels, et j’ai endossé le rôle de Luciférine, la démone sadique.

   Chapitre 1 – La rencontre (Clarissa)

  Luciférine affichait un petit sourire cruel en regardant l’arrivage des condamnés du jour. Enfin de la chair fraîche ! C’était un moment qu’elle affectionnait particulièrement ; les tremblements et les pleurs des malheureux l’excitaient, son sadisme se déchaînait. Elle usait et abusait de sa fourche pour les faire avancer plus vite dans les tunnels sombres, en direction d’une vaste cave où ils patienteraient en se rongeant les sangs.
  Elle se débarrassa de sa fourche, se redressa de toute sa hauteur et fit claquer son fouet, juste pour le plaisir d’en voir certains bondir sur leurs pieds. Elle allait les faire danser !
   Luxious, un démon supérieur, lui jeta un regard goguenard.
  — Tu ne crois pas que tu en fais un peu trop ?
  — Ils viennent d’arriver en enfer ! Il faut marquer le coup !
  Luciférine agita son fouet de plus belle, veillant à effleurer des bras, des jambes ; ça couinait à qui mieux mieux. Son collègue insista.
  — Le diable répète régulièrement qu’on n’est plus au Moyen-Âge ! Il ne s’agit plus de terroriser et supplicier au hasard, mais d’ajuster les châtiments aux fautes commises, de façon équitable.
  — Je sais tout ça, t’inquiète ! Mais un petit comité d’accueil cinglant donne le ton je trouve ! C’est avant tout pour l’ambiance…
  — Toi tu vas avoir des ennuis en restant nostalgique ! Viens avec moi à l’assemblée, il est temps…
  — Avant, on faisait moins de chichis, on les enfourchait direct, on les embrochait allégrement, hop dans le chaudron… ça hurlait de partout ! On s’éclatait !
  — C’est fini le bon vieux temps, il faut que tu te fasses une raison ! Les humains sont devenus plus civilisés, ils ont délaissé leur justice expéditive, interdit les tortures… et l’enfer, par ricochet, s’est adapté. Mais nous disposons toujours d’un riche attirail pour toutes sortes de sévices, Dieu merci ! Enfin, façon de parler… On y va ? On va être en retard à force, tous les autres sont déjà partis.
   Luxious déploya ses ailes rouges et s’envola dans un claquement d’ailes. Quel démon puant et arrogant ! Luciférine l’enviait et le détestait ; quand aurait-elle ses ailes elle aussi !

  Tous les démons majeurs et mineurs se tenaient assis dans ce temple dédié au culte du diable. Soudain il était là au milieu d’eux, emplissant l’espace de sa haute taille, les yeux lançant des flammes. L’atmosphère déjà brûlante se réchauffa encore. Tous frémirent de dévotion pour leur maître et s’inclinèrent dévotement. Luciférine le regardait fixement, subjuguée, elle en oubliait de s’incliner. Les yeux rouges du diable se tournèrent vers elle un instant. Elle se sentit brûler d’un feu intense, elle se consumait pour lui, elle ploya les genoux avec les autres.
   Satan prit la parole. Il sembla grandir encore, il crachait du feu tel un dragon, ses ailes déployées, tandis que sa voix résonnait comme le tonnerre.
  — Je vais faire entrer les condamnés, vous choisirez celui ou celle qui vous inspire. À vous de lui faire avouer ses fautes et le supplicier en conséquence ! Il n’y en aura pas pour tout le monde, ajouta-t-il, mais je vous interdis de vous plaindre, vous avez tous de quoi vous distraire avec les âmes dont vous avez déjà la charge !
  Il se retourna et adressa un signe à un démon mineur : le moment était venu. Les âmes perdues apparurent et s’avancèrent devant lui, tremblantes de tous leurs membres éthérés. Sans attendre, des démons et des démones fondirent sur eux, anxieux de se retrouver sans nouveau pêcheur à torturer. La nouveauté, c’est toujours alléchant ! Il les attrapèrent  entre leurs griffes, des hurlements retentirent. Un chant sublime pour les oreilles de Luciférine, un frisson d’excitation la parcourut.
  Elle mit plus de temps à choisir, tant pis si elle laissait passer sa chance. Elle était difficile, elle ne s’intéressait qu’aux plus beaux spécimens et dédaignait ceux dont les traits se tordaient dans d’atroces grimaces. Elle sentit un regard peser sur ses seins et s’irrita. Un condamné la considérait. Mais il se croyait où celui-là, dans un bar où il pouvait draguer ? Aveuglée par la colère, elle ne tergiversa pas plus longtemps. Elle se rua sur lui et l’emporta sur son épaule comme un vulgaire sac de pommes de terre.
  Bientôt, il ne resta plus une seule âme perdue sur l’estrade, de nombreux démons s’en retournèrent bredouilles. Et heureusement, car il fallait bien s’occuper de toutes celles qui étaient déjà là, et cela pour l’éternité ! Ils tenteraient leur chance une prochaine fois, les arrivages de condamnés étaient fréquents.
   Luciférine avait enfermé les pêcheurs dont elle avait la charge dans des cages de fer afin d’avoir les mains libres pour se consacrer au petit nouveau. La promiscuité, l’emprisonnement, l’ennui allaient se charger de les torturer à sa place. Et ils se tortureraient les uns les autres aussi ! Elle passerait les voir à l’occasion. Bon vent, elle n’en pouvait plus d’eux, de leurs récits répétitifs, et leurs suppliques à l’infini ! Il faudrait qu’elle organise des trocs de pêcheurs avec Luxious et d’autres, pour varier les plaisirs… En attendant, elle avait ce nouveau venu à croquer, et elle s’en pourléchait les canines.
   Elle s’enfonça loin dans les couloirs de l’enfer, le portant toujours. Il régnait une véritable fournaise qui n’était pas pour lui déplaire, mais sa proie suait à grosses gouttes. Elle s’avança encore, elle voulait être sûre de se retrouver seule avec son protégé pour le martyriser à sa façon, loin des regards réprobateurs ou amusés de ses confrères et consœurs.
  Elle choisit une caverne aménagée, avec son prie-Dieu qui n’attendait que son condamné, et invita sa victime à s’y agenouiller. On avait beau être en enfer, on ne lésinait pas sur le cérémonial religieux ! Copié sans vergogne sur celui des églises, avec quelques adaptations, cela va sans dire.
  Elle fit claquer son fouet pour attirer son attention.
  — Je suis Luciférine, en charge de ta pénitence. Tu vas m’avouer tes fautes, et tu seras châtié comme il se doit. Je t’écoute, présente-toi pour commencer, et confie-moi tes péchés !

   Photo : Mac Harley, lors de la première Sinners Fetish Party.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *