Désirs et Volupté

   
grenaia      Attirée par son nom, je viens de visiter une exposition qui m’a enchantée et je ne résiste pas au plaisir de vous montrer quelques uns de ces merveilleux tableaux qui m’ont fait rêver, fantasmer, évoqué mille histoires …

    Sur plusieurs sites et blogs vous trouverez les noms des peintres et de doctes explications… je vous livre ici mes peintures préférées (dommage, je ne les ai pas toutes trouvées), et quelques évocations qu’elles m’ont inspirées…

***

    Mi ange, mi libertine, confuse, timide, attendant…

    Le vent soulève les longues tuniques légères de jeunes filles candides qui se penchent pour ramasser des coquillages …

la_couronne_de_lamour    
    Notre fantasme préféré : être enlevée par un beau prince, et, les cheveux dénoués par les premiers outrages, prier avant d’être séduite et deshonorée ….

la_danseuse     Le fantasme préféré des hommes : elle est à peine vêtue d’un voile transparent qui ne cache pas grand chose, et joue mollement de la mandoline, fixant des yeux son soupirant… (Manuel Ruiz, j’ai pensé intensément à toi et à la nouvelle que tu viens tout juste de publier sur le site nouvelles-erotiques : La Tour)

    Ensevelis sous une pluie de roses, ils meurent étouffés en plein banquet… le sadisme romain à l’état pur…

   
    Elle joue inocemment avec des enfants aussi peu vêtus qu’elle, son corsage se défait, sa robe descend inexorablement…

   

andromede    C’est le vent encore qui fait voler la tunique d’Andromède et révèle son corps offert aux éléments déchaînés (et bientôt au monstre)

    Des tableaux frais, fleuris, des jeunes filles à peine vêtues, amoureuses, mélancoliques, dans des décors paradisiaques… Une vraie révolution, une respiration, en cette époque Victorienne, si puritaine et rigide. Les corps sont dénudés, libérés du carcan du corset, de mise à l’époque, sous pretexte de scènes antiques. La sensualité des poses, l’érotisme à peine voilé des scènes sont d’une liberté bienfaisante pour les yeux et l’esprit.

    Pour en savoir plus, le site de l’exposition

 Photos : site du musée Jacquemart-André

8 commentaires

  1. Mr STEED a écrit :

    Une belle exposition dans un musée d’exception.
    Quand la volupté devient un art, et quand celle-ci devient un message d’amour et de paix !!! Une époque plus insouciante peut-être, si belle !

  2. juju051 a écrit :

    Toute une époque. Quel talent ces peintres. Au moins ces peintures ressemblent à quelque chose. Ce qui est intéressant quand on regarde ces femmes, ce sont leurs formes. Elle n’ont rien des filles anorexiques que l’on voit dans les magasines. Faire l’amour avec de telles beautés c’est ne pas avoir peur de leur briser un os. Quand poses tu dans un tel décor? Imagine toi en joueuse de mandoline

    1. Clarissa a écrit :

      Je suis comme toi, j’aime aussi les formes, les courbes, les rondeurs qui explosent dans des robes magnifiques… quant à poser dans un si beau décor, j’attend les propositions éventuels de photographes passant par là toi peut-être ?

      1. Clarissa a écrit :

        Oui, tant de raffinement, de beauté… j’y suis très sensible moi aussi !

  3. Clarissa a écrit :

    Merci Erik ! Oui, ces tableaux ont plu à mon cœur romantique et mon esprit coquin… te connaissant, je suis certaines qu’ils te plairaient aussi !

    1. Clarissa a écrit :

      Merci Emma oui, un vrai voyage dans le temps, à des époques où l’on s’habillait de voilages et de tuniques légères, et où l’on cultivait des loisirs romantiques : ramasser des fleurs, des coquillages, jouer de la musique… je m’y verrais bien avec toi !

  4. correodemma a écrit :

    Les fantasmes dans le romantisme du temps jadis, si bien décrits par une romantique… hors de temps.

  5. Erik Torrent a écrit :

    Merci Clarissa. J’aime découvrir les tableaux qui t’ont charmée… Et j’aime encore davantage que tu nous confies les pensées qu’ils t’ont inspirées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *