Couleur locale, extrait

IMG_3685
    Lors de la soirée lectures « Jungle » organisée au 153 par l’équipe des polissons, j’ai lu un extrait de ma nouvelle publiée dans le recueil Osez 20 histoires de sexe au soleil.
    Un passage a été filmé, on peut le regarder , sur ma chaîne Youtube (yeah !) mais il est préférable de lire l’extrait ci-dessous je pense, mon acolyte et moi n’étant pas des bêtes de scène…

    Mon héroïne, Léa, est partie seule en vacances, dans un hôtel club de Punta Cana. Elle a l’intention de bien s’amuser, ce matin là, elle quitte son club-hôtel, dans le but de visiter une rhumerie :

***

Rhum arrangé

    Léa repère une rhumerie artisanale dans son guide, voilà un objectif de ballade motivant, une dégustation lui remettra les idées en place. Elle court presque, impatiente de sortir du cocon de l’hôtel et de se retrouver dans la vraie vie. Elle veut humer l’ambiance authentique du pays ! Ses narines palpitent en reniflant des épices inconnues, elle ne doit pas être loin de la fameuse rhumerie.
    Elle consulte à nouveau son plan quand un jeune homme s’approche d’elle.
    —Vous avez l’air perdue, je peux vous aider ?
    Il plonge ses yeux noirs dans les siens. Il est très beau, musclé, d’un noir d’ébène, il parle parfaitement le français, lui. Léa reste bouche bée devant l’apparition de ce demi-dieu.
    Il sourit et poursuit.
   — Je fabrique mon propre rhum arrangé, selon une recette ancestrale et secrète. J’aimerais beaucoup vous le faire goûter… Je n’habite pas loin, vous ne le regretterez pas, je vous le promets ! Au fait, je m’appelle Luiz et vous ?
— Léa ! Justement, je voulais visiter une rhumerie, c’est peut-être la vôtre ?
  

jack sparaw     Ce n’est pas celle-là, de toute évidence. Une si petite échoppe ne peut figurer dans les guides touristiques, et rien n’est prévu pour renseigner l’éventuel visiteur sur la fabrication du précieux breuvage, mais Luiz prend les choses en main.
    Léa se sent déjà légèrement ivre, le parfum lourd du rhum sature l’espace et lui tourne la tête. Luiz lui tend un verre rempli de rhum et l’invite à goûter, la dégustation commence. Léa trempe ses lèvres, et s’exclame de joie tant le mélange lui plaît. Elle perçoit des arômes de noix de coco, d’agrumes… Elle ne sait plus, elle doit goûter encore, tenter de deviner la formule magique. Ce rhum est ensorcelé, elle en est persuadée au fil des gorgées, elle tombe sous le charme de Luiz, envoûtée.
    Elle a très chaud tout à coup, et elle n’est pas la seule, Luiz est déjà torse nu, sa peau noire luit de transpiration et embaume l’alcool mêlé de sueur. Il est magnifique, plus petit que Juan, mais tout aussi musclé, et la peau plus sombre encore. Léa rêve de toucher ses épaules puissantes, son ventre plat.
    Sa timidité s’envole, elle se lève comme une somnambule et enlace son nouvel ami, posant ses lèvres mouillées de rhum sur les siennes. Elle doit vraiment être éméchée pour se jeter ainsi dans ses bras !
Prise de vertige, elle manque de tomber, Luiz la retient dans ses bras avant de l’emporter vers son lit.

    Le lit tangue comme un bateau pris dans une tempête. Léa ferme les yeux pour tenter d’apaiser le roulis. Elle meurt de chaud et arrache ses vêtements d’un geste vif. Luiz prend tout son temps, il déguste toujours son rhum arrangé, ce filtre d’amour et de désir, et devient fou d’excitation devant cette jolie blonde à la peau pâle qui s’offre à lui avec tant d’indécence. Il garde un peu de rhum en bouche pour le lui donner à boire d’un baiser. Léa sent son désir décuplé, l’ivresse monter d’un cran. Elle serre Luiz plus fort contre elle et tâtonne à la recherche de son sexe.
    — Ton mélange est vraiment diabolique, viens, prends-moi !
    Luiz sourit. Oui, il va l’aimer, fort, longtemps, aussi longtemps que l’ivresse du rhum les tiendra sous son emprise.
Il va jouer aussi, il verse quelques gouttes de rhum sur les seins de Léa. Elle sursaute, prise de frissons, le liquide est glacé. Luiz lèche le rhum, non sans mordiller ses pointes de sein au passage. Il poursuit son jeu en faisant couler du rhum dans son nombril. Cette petite coupe naturelle déborde vite, une rivière de rhum vient se perdre dans les méandres de son sexe.
Luiz n’hésite pas, il plonge entre ses jambes goûter son rhum mélangé au désir de la jeune femme. Le rhum est comme sublimé par cet arôme supplémentaire. Luiz se met à laper, boire sans retenue, ignorant les gémissements de Léa qui se tord de jouissance.
Ses cris réveillent le beau black qui s’arrache à regret de la source délicieuse pour s’enfoncer en elle. Son membre dressé depuis longtemps pénètre avec délectation ce sexe chaud, moite, si accueillant. Fou de désir, Luiz l’étreint avec fièvre, jusqu’à ce que son orgasme explose à son tour.

    Ils reposent dans les bras l’un de l’autre. Les effets de l’alcool se dissipent peu à peu, ils retrouvent leurs esprits. Ils forment un joli tableau ainsi lovés l’un contre l’autre ; elle, si fine, toute blanche, blottie dans les bras d’un noir profond de son amant.
Luiz caresse ses cheveux blonds et murmure à son oreille.
    — Grâce à toi, je crois que je viens d’avoir une idée pour améliorer ma recette, tu ne voudrais pas annuler ton hôtel et rester avec moi toutes tes vacances ?

   Pour le commander :
   La Musardine
   Amazon
  
   Photo : Pirates des Caraïbes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *