Clair de lune

Clair de Lune
   On poursuit nos jeux d’écriture avec Sébastien Duquesnoy.
   En feuilletant sa galerie de photos, j’ai été tout de suite attirée par cette création : l’apparition féérique au milieu de la route, la lune apportant une touche SF…
  Après le conte biblique (rien que ça 😉 sur le Jardin d’Eden, une petite histoire fantastique :

***
   Il conduisait de nuit sur une route déserte, quand un phénomène extraordinaire se produisit. Il eut du mal à croire ce qu’il voyait, la lune s’était rapprochée, elle touchait l’horizon ! Plus étrange encore, elle s’était éteinte, elle était sombre comme un astre mort. Il avait dû s’endormir, il se gara et ferma les yeux un instant pour dissiper ses visions.
   Quand il les rouvrit, il fut frappé de stupeur, au point d’en oublier la lune noire. Une jeune femme se tenait immobile au milieu de la route. Une faible lueur semblait émaner de sa peau pâle et de l’étoffe blanche dont elle tentait de couvrir son corps. Une fée avec ses longs cheveux d’or !
   Elle se tourna vers lui et lui parla directement dans ses pensées.
   — Je suis dans la lune d’habitude. J’avais envie de me rapprocher, pour mieux regarder, et je suis tombée ! Ah au fait, les fées n’existent pas…
   Il n’en revenait pas, n’osant croire à sa chance. Il avait décroché la lune !
   — Puis-je vous inviter chez moi ?
   — Pourquoi pas… Puisque je suis là, autant en profiter ! Personne ne devrait remarquer mon absence, il n’y en a que pour le Soleil !
   Ils ne se quittèrent plus, elle illuminait ses nuits de ses reflets, répandant sa clarté laiteuse dans toute sa maison et dans son cœur. Elle l’entourait tendrement de ses rayons d’argent, le pénétrait de sa douce lumière. Il l’adorait, et lui vouait un véritable culte. 
   Les noctambules, les photographes, les marins, et les rêveurs protestèrent. Ce n’était plus comme avant sans la clarté de la lune ! Cette sinistre lune noire fichait la trouille ! Des scientifiques s’en mêlèrent, évoquant des risques pour la faune, la santé mentale…
   La lune se fit une raison, on avait besoin d’elle finalement ! Elle s’arracha des bras de son humain et brilla à nouveau dans le ciel nocturne.
   Elle éclairait même plus qu’avant, sans doute parce qu’elles étaient deux à présent. Elle coucha tendrement sa demi-lune dans un cratère, émue par ses premiers rayons.

   Illustration : Sébastien Duquesnoy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *