Aventure virtuelle

598537_195599827233743_343115257_n

bouton_sommaire

   Histoire (pas tout à fait) vraie … mais presque …. 

    ***

  

    Au détour d’un échange animé sur Facebook, un commentaire vous fait pouffer de rire. D’humeur joueuse et joyeuse, vous contactez l’auteur pour le remercier de ce fou rire inattendu. Et, il faut bien l’avouer, vous êtes curieuse, attirée et intriguée par sa photo et sa page pleine de mystères. Une discussion s’engage. Vous devenez «amis» et vous vous promenez sur ses pages et ses blogs, séduite par ses histoires, son coté sombre, son humour décapant, son style parfait. Virtuose, il se révèle également excellent photographe, illustrateur hors pair, artiste au mille talents. Vous vous régalez en lisant ses aventures comiques, votre cœur se serre en lisant ses récits poignants. Il manie tous les genres avec une égale aisance, et toujours d’ une plume savoureuse.

    Vous vous découvrez plein de goûts en commun. Il pointe pour vous ses récits et poèmes susceptibles de vous plaire, et vous vous pâmez, proche de l’extase. Presque amoureuse, sans avoir vu son visage, sans connaître son âge, simplement par la magie des mots et de la rencontre virtuelle, conquise par son style, son allure, son imagination sans limite.

    Les heures s’enfuient, délicieuses, légères et futiles, joyeuses en sa compagnie. Vous ne voyez pas le temps passer et négligez vos obligations.

    La sonnerie de votre téléphone retentit et vous fait sursauter. Vous êtes brusquement ramenée dans la «vraie vie». C’est l’heure des enfants, des goûters, des poésies à apprendre, des bains, des chahuts. Toute une réalité vous rappelle à l’ordre et s’impose à vous.

    Vous avez passé toute l’après midi sur votre écran, et vous déconnectez à regrets, vaguement coupable, les yeux plein d’étoiles, le cœur joyeux, pour mettre enfin le nez dehors. Vous venez de rejoindre la cohorte des femmes innombrables éprises de ce fantôme, pur esprit hantant le réseau et s’évaporant à la déconnexion.

    Les enfants ont vite fait de vous remettre les idées en place avec leurs caprices, leurs rires, leurs exigences sans limites.

    Et le soir, bien plus tard, votre homme arrive enfin, être de chair et de sang, chaud et palpitant, avec sa voix ensorcelante, son parfum envoûtant… Ses bras musclés vous emprisonnent amoureusement, ses doigts vous chatouillent et votre coup de foudre virtuel s’évanouit dans les brumes du souvenir. Votre homme et sa voix chaude, ses mains douces, son cœur qui bât sous ses muscles, il vous fait fondre comme neige au soleil. Vous voici bien ancrée dans la réalité et bientôt pleine de désirs. Vous respirez sa bonne odeur, vous réjouissez du contact de son corps nu couché sur le votre, vous sentez son sexe se réveiller et bouger imperceptiblement, à votre recherche. Votre homme se redresse, vous êtes désapointée l’espace d’un instant de le sentir s’éloigner, et bientôt ravie. Il vient de descendre entre vos jambes vous embrasser, vous léchouiller, vous préparer à l’accueillir en douceur. C’est à peine nécessaire tant vous avez envie de lui déjà. Il remonte vers vous, soupirant d’aise, s’allonge de tout son long et de tout son poids, et vous pénètre doucement en une délicieuse étreinte. Tout le reste est oublié…

    Le lendemain, vous repensez aux joyeux échanges de la veille avec votre bel inconnu. Curieuse, vous vous précipitez sur votre ordinateur. Vous repérez aussitôt son dernier « post » sur le fil d’actualité Facebook : « Hier, journée de m…»

    Le fou rire vous prend, un fou rire irrépressible, libérateur, jouissif ! Vous ne pouvez plus vous arrêter. Vous mourrez d’envie de lui écrire et de jouer les offensées, vous avez envie de jouer avec lui, de le taquiner, de le harceler… Vous vous retenez à grand peine. Et vous réjouissez d’avoir gagné un ami virtuel qui vous fasse tant rire !

S’il vous est arrivé une mesaventure, ou une aventure, via Facebook ou tout autre réseau social, n’hésitez pas à me la raconter, je démarre une collection !

Copyright_comlogo1

4 commentaires

  1. Alex a écrit :

    A ceux qui pensent que les personnes qui passent beaucoup de temps sur les réseaux sociaux sont des asociaux, des « no life », cette nouvelle montre que, bien au contraire, ce sont des personnes qui ont plusieurs vies, et des vies qui ne sont pas forcément étriquées.
    Comme dans la vraie vie, ni plus ni moins.

  2. Erik-e a écrit :

    Chère Clarissa,
    Lorsque j’ai lu ce récit il y a déjà quelques mois, une omission coupable m’a fait oublier de laisser commentaire…
    Permettez-moi de corriger cet impair involontaire !
    J’ai particulièrement apprécié la manière dont votre récit met non pas en opposition, mais en complémentarité le monde virtuel et le monde réel… La frontière entre les deux pouvant parfois perdre de sa netteté dans le flou de notre inconscient…
    Merci !

  3. Ledormeurduvol a écrit :

    Je ne sais même plus quel message vous avait pouffer de rire, mais grâce à lui j’ai fait une belle rencontre…

  4. Tropbelle a écrit :

    J’ai beaucoup aimé, même si vous pensez qu’elle n’est pas tout à fait vraie….
    Je vous assure que je me suis complètement vu dans votre histoire qui est un peu, beaucoup la mienne…
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *