122, rue du chemin-vert, d’Anne Vassivière

51WdisfXyHL

   Le dernier roman d’Anne Vassivière, 122, rue du chemin-vert est un pur régal ! Enfin, pur, façon de parler : il est très érotique 😉 Son titre correspond à l’adresse d’une librairie qui nous est chère, La Musardine, un lieu au coeur du roman.
   Il foisonne d’extraits, le meilleur de la littérature érotique ! Et de récits dans le récit, car l’héroïne, Anne (tiens, tiens, comme l’autrice), entend les pensées des gens, les murmures des livres… – tant qu’elles sont sexuelles !
   Anne a dix ans quand elle réalise qu’elle entend les pensées salaces des gens. Ce « don » encombrant finit par la laisser tranquille, jusqu’à une certaine visite à la Musardine. Anne est journaliste, elle doit interviewer le libraire – je reconnais Fred, dont l’autrice brosse un portrait attachant.
   Anne n’est pas à l’aise dans la librairie, elle plisse le nez de dégoût devant les livres, les BD… – ça m’a fait un peu mal que ma librairie préférée soit ainsi critiquée et dénigrée 😉, c’est dire si l’auteure écrit bien ! Le libraire va s’efforcer de lui ouvrir les yeux. (l’autrice nous a confié, lors de sa lecture de jeudi 9 mars, qu’elle était elle-même réticente et pleine d’a priori quand elle est entrée pour la première fois dans la librairie)
   Anne observe le défilé des clients en attendant de pouvoir interviewer le libraire, des clients tout à fait passe-partout en somme, elle s’amuse de leurs pensées, de leurs échanges, observe leurs préférences… elle est quand même un peu secouée quand le moment est venu de commencer son interview.
   Le libraire se montre tour à tour a tour énigmatique, taquin au point de troubler la journaliste un peu plus. Il sélectionne pour elle des extraits – et quels extraits ! Ce qu’il y a de plus excitant dans la littérature érotique : Esparbec par exemple. Certains extraits sont tellement bien écrits et « efficaces » 😉 qu’il m’a fallu attendre le soir, impossible de les lire en plein jour.
   En tout cas, le don de l’héroïne explose à la faveur de cette interview. Assaillie de toutes parts par les désirs d’inconnus à peine croisés, dans la rue, le bus… elle se renferme, elle a du mal à gérer ce flots de fantasmes et de souvenirs torrides. – Moi au contraire, j’ai adoré tous ces récits provenant de tous horizons : des jeunes, des personnes âgées qu’on ne soupçonnerait pas de pensées aussi lubriques, des personnes connues aussi, mais chut… Anne est de plus en plus troublée, elle a envie parfois de connaître la suite d’un récit, au point de même mener l’enquête ! Elle va finir par y prendre goût qui sait ?
   Au fil de ma lecture, je reconnais plusieurs membres de la Musardine (ceci n’est pas un jeu de mots 😉 ) : « Mère supérieure », Maxime le nouveau libraire, une rousse flamboyante, une femme classe à lunettes, un barbu… autant de clin d’oeils à l’équipe de la Musardine et à ses habitués – mais ne pas les connaître n’enlève rien au sel du roman. (Et l’autrice m’a fait une jolie surprise, un petit signe qui m’a fait sourire ! Peut-être sans le vouloir… Je ne vous en dirai pas plus 😉)
   J’ai aimé ce livre en forme d’hommage à la littérature érotique et sa librairie emblématique ! Les extraits m’ont donné envie de lire des livres. J’ai beaucoup aimé aussi la dimension fantastique : pouvoir capter les pensées sexuelles des gens, quel rêve ! (du miel pour les auteurs !). La plume de l’autrice est savoureuse, en particulier dans sa façon de donner vie à tous ses personnages, connus et inconnus.
   Un roman foisonnant, à la sexualité débordante et joyeuse, qui offre un contraste presque drôle avec la narratrice froide et prude, au début du moins. Un livre léger, poétique aussi, fantastique, qui donne le sourire et réveille l’envie de lire de la littérature érotique.

  Le résumé de l’éditeur
   Anne a depuis l’enfance un don particulièrement encombrant : elle entend les pensées sexuelles des gens. Devenue journaliste parisienne, elle a réussi à occulter cette faculté, mais s’en trouve à nouveau investie lorsqu’elle se rend dans une librairie érotique pour écrire un article. Tout d’abord accablée par ces images qui la propulsent dans la vie intime de ceux qu’elle croise, la jeune femme tente d’apprendre à maîtriser cette aptitude pour le moins perturbante. (…)

   Pour le commander
  La Musardine : 122 rue du Chemin-Vert Paris 11e ou sur leur site
  Auprès de votre libraire
  Les sites de vente en ligne comme Amazon
 
  Photos souvenirs de la soirée lecture du jeudi 9 mars
  Anne Vassivière nous a lus quelques extraits de son roman, parfois à deux comme une pièce de théâtre avec un complice, au son de quelques accords de musiques, plaqués en rythme par un ami musicien. Le moment parfait !

333046978_2410894192418326_228493030289873585_n
334020256_6141080352624807_7315321415457609958_n
334191798_1153022572037226_5408096534381092229_n
334191798_1324943151385060_504295548790785498_n
332890746_1808522729541935_8202331692521549329_n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *